Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Les cadres français malades du multilinguisme dans l’entreprise

Systran, société spécialisée dans les technologies de traduction automatique, dévoile les résultats d'une enquête réalisée à sa demande par l'IFOP sur le multilinguisme dans l'entreprise dont les principaux résultats sont les suivants :
  - 49% des cadres se disent mal à l'aise lorsqu'ils sont confrontés à une langue étrangère dans leur activité professionnelle
- Selon 60% des cadres, le niveau de maîtrise des langues étrangères dans leur entreprise est mauvais
- 75% des cadres pratiquent une langue étrangère apprise à 89% à l'école
- En France, dans 35% des entreprises, l'anglais est la langue d'échange et de collaboration
- 50% des entreprises exigent à l'embauche la pratique d'au moins une langue étrangère
- 63% des cadres traduisent eux-mêmes leurs documents
 Des langues étrangères très répandues et apprises à l'école
 Contrairement aux idées reçues, les cadres se disent généralement multilingues. 75% d'entre eux déclarent pratiquer une ou plusieurs langues autres que leur langue maternelle. En majorité (58%) ces cadres pratiquent une seule langue étrangère, 34% en pratiquent deux et 8% déclarent en pratiquer trois.
45% des cadres considèrent d'ailleurs que leur maîtrise des langues étrangères est un atout pour leur carrière professionnelle, et seulement 22% un frein. Ils sont d'ailleurs 76% à déclarer que la pratique des langues étrangères est un atout qui contribue à la réussite de l'entreprise.
 L'apprentissage des langues étrangères est essentiellement le fruit de l'enseignement secondaire (89%) ou supérieur (48%). 40% des cadres disent avoir appris une langue étrangère grâce à un séjour à l'étranger. Seulement 25% disent avoir bénéficié d'une formation en entreprise.
L'anglais a la cote chez des cadres mal à l'aise :  98% des cadres multilingues pratiquent l'anglais, 20% l'espagnol ou l'allemand et 5% l'italien. Les langues orientales ont moins la cote : 2% disent pratiquer le chinois et 1% le japonais. Les cadres sont indulgents envers eux-mêmes et s'attribuent d'excellentes notes en langues étrangères :
 Langues pratiquées    Note moyenne sur 10    % de cadres pratiquant la langue
 Anglais                                         7,7                                          98%
 Espagnol                                     6,6                                          20%
 Allemand                                     6,1                                           20%
 Italien                                           6,9                                              5%
 Chinois                                        6,7                                              2%
 Japonais                                     3,6                                               1%

L'indulgence des cadres s'arrête à eux-mêmes. Pour 60% d'entre eux, le niveau de maîtrise des langues étrangères dans leur entreprise est mauvais. Pourtant, ils sont 50% à déclarer que la pratique d'au moins une langue étrangère est une exigence de leur entreprise au moment du recrutement.
Simultanément, les trois quarts des cadres (73%) jugent bonne la qualité de la traduction des documents publiés par leur entreprise. Ils ne sont en revanche plus que 61% à être aussi satisfaits des traductions des documents qu'ils reçoivent.
Cependant, s'ils s'accordent de bonnes notes, la moitié des cadres disent se sentir mal à l'aise (41% plutôt mal à l'aise et 8% très mal à l'aise) lorsqu'ils sont confrontés à une langue autre que leur langue maternelle.
Des langues indispensables :  Selon un tiers des cadres l'anglais est la langue préconisée par leur entreprise pour les échanges et la collaboration.
Les deux tiers des cadres déclarent n'utiliser de langues étrangères que de temps en temps, rarement voire jamais. Ces langues sont pratiquées essentiellement à l'oral lors d'appels téléphoniques (67%) de réunions en France (44%) ou à l'étranger (40%) et lors de conférences téléphoniques (41%) ou de vidéoconférences (24%).
Cependant, 91% des cadres pratiquant au moins une langue étrangère reconnaissent devoir lire des documents rédigés dans une autre langue que le français (documentations 76% ; courriels 74% ; procédures 49% ; courriers 45%).
Les deux tiers des cadres déclarent devoir utiliser dans leur entreprise des outils (logiciels, manuels, appareils, sites Internet) dans une autre langue que le français.
73% des cadres déclarent avoir à rédiger des documents en langue étrangère (courriels 65% ; documentations 37% ; courriers 34% ; procédures 25%).
Quels outils ? :  Face aux langues étrangères, 44% des cadres déclarent disposer de logiciels de traduction, 34% disent bénéficier de formations, 19% ont accès à des traducteurs humains et 4% à des interprètes. Ils sont 83% à déclarer avoir déjà utilisé un logiciel de traduction automatique sur Internet ou sur leur poste de travail. Cependant, 30% des cadres déclarent ne disposer d'aucun moyen dans l'entreprise pour gérer les langues étrangères.
Les deux tiers des cadres (63%) traduisent eux-mêmes des documents. 22% déclarent utiliser un logiciel de traduction automatique, 11% confient la traduction à un tiers dans l'entreprise, 4% seulement font appel à un traducteur professionnel payé par l'entreprise.
La grande majorité des cadres (83%) ont une expérience de la traduction automatique limitée aux portails de traduction gratuits sur Internet. 9% seulement disposent d'un service de traduction sur l'Intranet de l'entreprise. Enfin, 9% seulement sont équipés d'un logiciel de traduction sur leur poste de travail. (Source IT Channel)