Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

IBM accuse le coup au 4e trimestre et fait l’objet d’une plainte auprès de la Commission Européenne

Au quatrième trimestre de l'année 2008, en pleine période de crise, IBM a réalisé un chiffre d'affaires de 27 milliards en baisse de 6,4 %, mais un bénéfice net de 4,4 milliards en hausse de 12%. 

2008 restera une année raisonnablement bonne pour IBM qui dépasse pour la première fois les 100 milliards de CA et les 12 milliards de bénéfices net.

Simultanément, IBM a été la cible d'une plainte de la société T3 Technologie pour refus de vente de son système d'exploitation sur ces machines compatibles. Rappelons que la semaine dernière, Microsoft a aussi fait l'objet d'une plainte pour le bundling entre Internet Explorer et Windows.

Le quatrième trimestre aura donc été plutôt dur pour IBM avec une baisse de l'activité dans tous les domaines sauf dans le logiciel. C'est côté serveur que le choc a été le plus violent avec une baisse du chiffre d'affaires de 20 %.

Sur l'ensemble de l'année, les chiffres de vente de matériel ne sont pas bons et accusent une baisse de près de 10%.
Le point positif de ce quatrième trimestre est que malgré la baisse d'activités, IBM réussit à augmenter son bénéfice de 12%.
Sur l'ensemble de l'année, IBM dépasse donc pour la première fois la barre des 100 milliards de dollars (103,6) soit une croissance de 5%.

Côté bénéfice, la situation est également positive avec 12,3 milliards de dollars en hausse de 18%. La stratégie de Sam Palmisano engagée il y a quelques années semble donc avoir été payante. IBM ne regrettera pas non plus son engagement dans le logiciel qui devient désormais la deuxième source de revenu derrière les services, assez largement devant le matériel.
Mais les serveurs restent toujours importants pour Big Blue, en particulier les serveurs haut de gamme et les mainframes. Les plus touchés sont les serveurs System x (Intel et AMD) dont les ventes baissent de 32%.

Les ventes mainframes (System z) diminuent de 6% mais correspondent à une augmentation de puissance cumulée de 12%. Ceux-ci génèrent des ventes croisées en services et en logiciels ainsi que des bénéfices substantiels.

Plainte contre le bundling matériel+logiciel : IBM a fait l'objet d'une plainte déposée par la société T3 Technologies auprès de la Commission européenne pour des problèmes de ventes liées entre serveurs et logiciels. Les dirigeants parleraient plutôt de synergie entre les différentes divisions.

Basée à Tampa en Floride, T3 Technologies a développé ses activités normalement jusqu'en 2006, date à laquelle IBM a cessé d'autoriser la vente de la technologie à un fournisseur clef de T3, et a cessé de vendre ses systèmes d'exploitation aux clients de serveurs T3. Les ventes de ce dernier se sont alors effondrées.

T3 est l'un des derniers survivants dans le domaine des compatibles mainframes. Il construit des machines employant les composants disponibles immédiatement équipés de logiciels d'émulations. 

Un élément clé de la plainte de T3 est le concept de l'« attachement » indiquant qu'IBM ne vendra pas le logiciel d'unité centrale séparément de son propre matériel. 
T3 doit donc convaincre les régulateurs d'une façon convaincante qu'ils devraient exiger d'IBM de vendre ses logiciels aux clients de T3.

T3 a également engagé une bataille juridique contre IBM devant les Tribunaux américains. Dans un cas continu, IBM a allégué la contrefaçon contre T3, qui a accusé IBM d'abus anti-trust.
La vente de l'unité centrale d'IBM était sous l'inadvertance juridique des États-Unis pendant des décennies, après un décret de consentement 1956.
Il y a 40 ans que le gouvernement américain a classé sa dernière plainte anti-trust officielle contre IBM, ouvrant la voie à une industrie du compatible dont les représentants les plus marquants ont été Amdahl, Hitachi et Fujitsu.

Rappelons que les mainframes sont essentiels à l'activité d'IBM en raison des revenus associés et des bénéfices qu'ils génèrent. (Source IT Channel)