Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Société Générale : un business game pour soigner son image

Pas moins de 600 étudiants, provenant du monde entier, ont participé au jeu d'entreprise organisé par le groupe Société Générale. Un moyen ludique et original de développer sa notoriété.

Malgré la crise, Société Générale a choisi de maintenir la troisième édition de son Business Game, baptisé Citizen Act III.

A ce jour, pas moins de 600 élèves d'écoles de commerce, d'ingénieurs ou d'universités du monde entier ont participé à cette opération séduction menée par le groupe bancaire.

Au final, 55 équipes sur 158 ont été sélectionnées pour développer un projet autour du thème : « Inventez la banque qui saura mettre ses métiers au service d'un monde responsable ».

Les projets sont présentés dans un wikiblog, un outil collaboratif et interactif, pour générer du « buzz » dans l'école.

Parmi les sujets abordés, le microcrédit ou... l'environnement face à la crise économique, par exemple.
« Notre but est de créer davantage de proximité avec les étudiants. Outre les actions menées dans un certain nombre d'écoles et d'universités comme les forums, par exemple, nous avons souhaité ajouter une corde à notre arc et faire découvrir aux étudiants nos métiers », explique François Mounier, chef de projet Citizen Act.

Pour cela, rien de tel qu'un jeu conçu autour d'un thème fédérateur comme la RSE (responsabilité sociale et environnementale) qui suscite de plus en plus l'intérêt et la curiosité des jeunes, notamment en entretien d'embauche.

Rencontrer les opérationnels : Le 26 mars 2009, ultime étape du jeu, trois équipes gagnantes seront sélectionnées. Elles bénéficieront d'une aide financière de Société Générale pour initier leur projet et se verront offrir des voyages écoresponsables (au Pérou, au Gabon et au Maroc l'an dernier).

Dans la pratique, chacune des 55 équipes est parrainée par un ambassadeur de la Société Générale - un jeune collaborateur du groupe doté de cinq ans d'expérience - qu'elle rencontre... dans la vraie vie et qui se charge de les mettre en relation avec des experts du groupe.

Outre l'occasion de se frotter à l'univers bancaire et d'approcher les coulisses de l'entreprise en rencontrant des opérationnels, le jeu présente un autre avantage : il permet à la DRH, dans la foulée, de créer des liens entre les collaborateurs.

Précieux, dans une période morose. (Source 01 net).