Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Atos Origin promet de faire mieux en 2009

La société française de services informatiques a vu ses résultats reculer nettement en 2008. Son nouveau PDG, Thierry Breton, prévoit toutefois une amélioration de la rentabilité cette année.

La SSII Atos Origin a publié des résultats en net recul pour 2008. Le bénéfice net du groupe, qui a décidé de ne pas verser de dividendes cette année, a été divisé par deux, à 23 millions d'euros, en raison d'une dépréciation d'actifs de 226 millions d'euros, principalement sur la France, selon un communiqué publié mercredi dernier.

Sur le périmètre excluant les activités cédées durant l'année (Italie et Atos Euronext Market Solutions), la marge opérationnelle ressort en hausse de 11 %, à 261 millions, représentant 4,76 % des ventes, précise Atos.

Les ventes, déjà publiées, s'élèvent à 5,623 milliards d'euros, en baisse de 4 %, mais en hausse de 5,5 % à périmètre et taux de change constants, conformément aux objectifs du groupe qui tablait sur une croissance interne supérieure à 5 %.

« Malgré une solide croissance du chiffre d'affaires, en particulier des activités récurrentes, et une augmentation de 11 % de la marge opérationnelle, la performance d'Atos Origin est restée, à 4,8 % du chiffre d'affaires en 2008, en-deçà de celle de nos principaux concurrents », a déclaré Thierry Breton, cité dans le communiqué. Capgemini, son principal concurrent en France, a ainsi réalisé une marge de 8,5 % en 2008.

L'ancien ministre de l'Economie, arrivé mi-novembre à la tête du groupe et nommé PDG la semaine dernière à l'issue d'une modification de la structure de gouvernance, rappelle avoir mis en oeuvre un plan de transformation, baptisé TOP (Total Operational Performance), pour « faire face au très fort ralentissement économique » et améliorer la rentabilité.

Dès 2009, Atos Origin prévoit d'accroître « de 50 à 10  points de base » sa marge, avec une accélération sur le second semestre, après une stabilité au premier.

En revanche, les ventes sont attendues « en légère baisse par rapport à 2008 à périmètre et taux de change constants », dans un environnement « difficile ». Une baisse estimée autour de 2 %, précise le dirigeant lors d'une conférence de presse. (Source La Tribune.fr).