Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

2009, sous le signe de la prudence pour les sociétés high-tech

Sur le marché de l'emploi des cadres, les entreprises du secteur informatique s'en sortent mieux que les autres mais manquent de visibilité pour 2009.

Le 11 mars dernier, à Paris, le groupe Adenclassifieds (Cadremploi, Keljob, etc.) a organisé une conférence de presse sur les « perspectives de l'emploi en 2009 ».

Premier constat : pour la première fois depuis six ans, le volume d'offres (cadres et non cadres), publiées sur la Toile se réduit. Il a connu une baisse de 40 % entre janvier 2008 et janvier 2009, passant de près de 400 000 à près de 250 000 offres d'emploi. C'est l'une des conclusions du baromètre Keljob qui enregistre l'évolution du nombre d'offres d'emploi sur plus de 70 sites d'emploi français.

Les cadres tirent leur épingle du jeu : Mais tout le monde n'est pas logé à la même enseigne : les cadres tirent leur épingle du jeu, même s'ils sont fragilisés par la crise, avec une baisse de 17 % du volume des recrutements de cadres entre 2008 et 2009, selon l'Apec.

Selon leur secteur d'activité, ils sont aussi plus ou moins exposés à la crise. En témoignent les offres pour les cadres publiées, par exemple, sur le site Cadremploi : leur nombre a baissé de 15 % entre septembre et février 2008 et septembre et février 2009 et de 17 % pour le secteur informatique / télécoms / Internet.

La chute est moins importante que dans la banque / assurance / finance (- 38 %) et que l'immobilier (- 41 %). Au niveau des fonctions, celles liées aux investissements des entreprises (marketing, R & D) résistent mieux que les fonctions dites traditionnellement de crise (commerciaux, finance).

La SSII Steria est venue apporter son éclairage sur les perspectives de l'emploi en 2009 dans l'informatique. Pour Emmanuelle Pays, la directrice du recrutement et de la mobilité de la SSII, l'année s'annonce assez difficile dans le secteur high-tech.

« Les entreprises manquent de visibilité et, bien que les volumes de recrutement restent importants, la prudence est de mise, a-t-elle expliqué. Et puis les recruteurs restent confrontés à des difficultés pour embaucher certains profils particulièrement techniques : management de projets, techniciens sur des systèmes d'information spécifiques comme SAP, etc. »  (Source 01 net).