Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Logiciels & Services en France : quelles perspectives pour 2009 ?

Après une année 2008 qui a permis au marché de croître de 5,5% pour dépasser en valeur les 42 milliards d'euros, le secteur des logiciels et services devrait marquer le pas cette année.

Une première pour ce marché en plein essor depuis 20 ans qui concerne plus de 21 000 entreprises en France. Son importance a d'ailleurs été multipliée par 2 en 10 ans et par 5 en 20 ans. D'après Syntec Informatique, il s'agit là du secteur le plus dynamique de l'économique numérique. Mais voilà, cette année, la croissance sera donc de zéro.

Cela dit, ce marché résistera bien mieux à la crise que beaucoup d'autres secteurs. Et ce, malgré la pression sur les prix et l'allongement général du cycle de vente.

Une résistance due à plusieurs facteurs, notamment au développement de l'externalisation motivée par la volonté des entreprises d'optimiser leurs dépenses informatiques, aux exigences réglementaires « nettement renforcées en matière environnementale et financière », aux multiplications des fusions, acquisitions, restructurations et tous les projets de rationalisation du Système d'Information.

Sans oublier, l'innovation qui constitue toujours un moteur de croissance grâce à la multiplication des projets métiers à haute valeur ajoutée technologique.

Autant de facteurs qui soutiendront la demande cette année encore et empêcheront le marché d'entrer en récession. Seul les secteurs « Conseil » (-5%) et « Développement & Assistance Technique » (-3%) devrait accuser le coup.

Les autres, notamment celui de « l'Infogérance applicative » et de « l'Infogérance d'infrastructure » devraient poursuivre leur progression (entre +5% et +6%).

Dans l'édition de logiciels, l'activité devrait être aussi globalement préservée avec toujours une bonne dynamique des logiciels embarqués (comme en 2008) et une forte poussée du SaaS.

« La dynamique de l'embarqué devrait permettre au Conseil en Technologies de maintenir son activité » note Syntec Informatique tout en précisant que le contexte s'annonce délicat pour la R&D externalisée.
Malgré cela, le baromètre Syntec informatique du moral des dirigeants est en net recul. Tous ont visiblement pris la mesure de la crise économique et constatent que les affaires sont de plus en plus difficiles à conclure. Tous s'attendent également à une érosion de leurs marges. Des marges pourtant nécessaires pour embaucher, mais aussi financer la formation et l'innovation.

Le secteur emploiera donc moins cette année qu'en 2008. Il n'y aura pas ou peu de création nette d'emplois en 2009, même si certains profils techniques resteront toujours rares et recherchés.

« Après un recrutement encore très dynamique en 2008, les Editeurs et les sociétés de Services Informatiques et de Conseil en Technologies se montreront prudentes dans leurs recrutements, en raison d'une activité moins porteuse, d'une visibilité moindre et d'un turn-over en baisse » concède Syntec Informatique.

Reste que dans un contexte économique difficile, le secteur des Logiciels & Services « confirme sa capacité à générer une surperformance, en période d'expansion comme de récession économique » continue Syntec. Cette situation montre le rôle stratégique des technologies de l'information, et notamment des Logiciels & Services, dans la compétitivité des entreprises et l'efficacité des administrations.

Le gouvernement doit maintenant passer à la réalisation concrète des mesures adoptées dans le cadre du plan numérique 2012 et accompagner l'essor des Logiciels & Services. Comment ? En favorisant le développement des usages et en faisant des administrations des fers de lance en matière d'équipements IT.

« En outre, l'Economie Numérique ne doit pas rester le parent pauvre du plan de relance avec moins de 5% des dépenses d'investissement prévues. Á l'image de ce qui a été présenté aux Etats-Unis, au Japon et en Allemagne, plusieurs leviers sont à la disposition des décideurs publics pour favoriser l'essor du numérique, en encourageant l'innovation, les usages et le financement d'entreprises fortement contributrices à l'emploi hautement qualifié » conclut Syntec Informatique. (Source IT Channel).