Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

36 717 intentions d'embauche prévues dans l'informatique en 2009

Selon l'enquête BMO 2009 du Pôle emploi, réalisée par le Credoc, les intentions d'embauche d'ingénieurs et de cadres de l'informatique en 2009 s'établissent à 36 717, en baisse de plus de 7 % par rapport à 2008.

Des chiffres à prendre avec précaution : Tous les ans depuis huit ans, l'Unedic (aujourd'hui le Pôle emploi) envoie vers le mois de novembre, sous la houlette du Credoc, un petit questionnaire aux 1,5 million d'entreprises inscrites à l'assurance-chômage, afin de leur demander quelles sont leurs prévisions d'embauches pour l'année suivante. Quelques mois plus tard, les résultats sont compilés dans une enquête intitulée « Besoins en main d'œuvre » (BMO), qui donne le pouls de la création d'entreprises en France dans le secteur privé.
 

L'édition 2009 vient d'être publiée et, comme on pouvait s'y attendre, les projections d'embauches pour cette année ne sont pas très bonnes.

Tous secteurs confondus, les intentions d'embauche reculent de 23,8 % cette année, pour s'établir à 989 400 postes, soit 308 800 de moins qu'en 2008.

Pour la première fois depuis le début de l'enquête en 2002, ce chiffre se situe au-dessous du million de projections de recrutement : 2 673 intentions d'embauches en moins dans l'informatique par rapport à 2008
 

Malgré tout, dans l'informatique, la situation est légèrement moins sombre puisque l'étude répertorie 36 717 intentions d'embauche d'ingénieurs et cadres de l'informatique en 2009, contre 39 390 en 2008, soit une baisse de « seulement » 7,3 %.
A ce chiffre s'ajoutent les programmeurs et autres informaticiens non cadres (7 260 recrutements prévus) et les opérateurs de saisie informatique (1 538).

La profession demeure toutefois, selon le Credoc, un des dix secteurs où les recrutements sont les plus difficiles et l'un des quinze métiers les plus recherchés des employeurs. Malgré tout, avec la crise, la situation change en 2009, puisque « seulement » 53,7 % des entreprises interrogées anticipent des difficultés de recrutement, contre 62,8 % l'an dernier, soit une baisse de 14,4 %.
 

Une étude à prendre avec des pincettes : De l'aveu même du Credoc, cette étude correspond à une photographie à un instant donné des anticipations d'embauche et doit être analysée avec la plus grande précaution. Ces anticipations d'embauche peuvent être réalisées sur la base de remplacements de postes par appel à des candidats débauchés dans une autre entreprise, et ne correspondent donc pas forcément à des créations de postes nettes.

« L'an passé, l'enquête BMO 2008 annonçait 39 390 projets de recrutement de cadres informaticiens pour l'année 2008. Mais, selon l'Apec, ce sont finalement 26 500 recrutements de cadres informaticiens qui ont été réalisés en 2008. Il serait donc fort souhaitable que le Pôle emploi effectue un suivi de l'enquête BMO d'une année sur l'autre », explique Régis Granarolo, président du Munci.
 

Autre élément incitant à la prudence, l'enquête BMO 2009 a été réalisée à la fin de 2008, c'est-à-dire à un moment où la crise n'en était encore qu'à ses débuts. (Source 01 net).