Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Supprimer les ordinateurs pour sauver les emplois...

C'est l'idée choc de la campagne électorale en Inde : limiter au maximum l'emploi des ordinateurs permettrait de donner du travail à plein de gens.

A la fin du mois de mars 2009, je vous parlais du grand programme de développement des technologies de l'information élaboré par le BJP, le principal parti d'opposition en Inde, dans la perspective des élections générales qui se déroulent en ce moment. Et je terminais en disant que les autres partis embraieraient sûrement sur cette idée. Erreur sur toute la ligne.

D'abord, l'autre grand parti national, celui du Congrès, actuellement au pouvoir, parle à peine des hautes technologies dans son programme. Tout juste consacre-t-il un paragraphe à la promesse de connecter tous les villages indiens à un réseau en haut-débit dans les trois années à venir.

Mais la vraie surprise vient d'un autre parti, le Samajwadi Party (SP), qui, lui, a un vrai programme en la matière : la suppression des ordinateurs – ou presque. Le SP, il faut le noter, n'est pas un petit parti marginal noyé dans la masse des douzaines de formations politiques qui existent en Inde : c'est un parti de taille moyenne, suffisamment important pour avoir sauvé le gouvernement actuel lors d'une motion de défiance au Parlement l'été dernier.

Et que propose donc le SP ? Tout simplement d'éliminer l'utilisation des ordinateurs partout où le travail peut être fait à la main. Au nom de la protection de l'emploi, puisque l'informatique, selon le SP, engendre du chômage... Comme l'a fait remarquer la presse indienne, étant donné que voici encore quelques dizaines d'années, on se passait d'ordinateurs, la logique du SP pourrait pousser à leur suppression totale !

Et ce n'est pas tout. Le parti a une autre proposition choc : l'abolition des écoles privées qui enseignent en anglais. Innombrables, ces écoles, fort onéreuses, sont courues par les clases moyennes qui veulent assurer le meilleur avenir professionnel à leurs enfants. Là, c'est au nom de l'égalité des chances que le SP prône cette mesure.

Admirables objectifs que la lutte contre le chômage et la sauvegarde de l'égalité des chances. Mais le SP semble avoir oublié un détail : la très forte croissance de l'Inde a été tirée ces dernières années par son industrie phare, celle des technologies de l'information et de la sous-traitance de services. Des activités qui reposent sur la combinaison de deux facteurs propres à l'Inde : la maîtrise de l'informatique et celle de la langue anglaise, justement !

Pas étonnant dans ces conditions que les propositions du parti aient suscité l'hilarité générale... (Source 01 net).