Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Quatre géants de la high-tech dans le collimateur de la justice américaine

D'après la presse américaine, Yahoo!, Google, Apple et Genentech seraient soupçonnés d'entente illégale en matière de politique de recrutement.

Le Washington Post est affirmatif. Dans l'édition du 3 juin 2009, il rapporte que le ministère de la Justice américain a engagé une enquête sur plusieurs grandes entreprises de haute technologie. Une information révélée également par le New York Times précisant que la procédure n'en est qu'au stade préliminaire.

Toujours est-il qu'il s'agit des géants d'Internet Yahoo! et Google, du groupe informatique Apple et du groupe de biotechnologie Genentech, tous les quatre soupçonnés de s'être entendus illégalement pour ajuster leurs politiques de recrutement.

Plus précisément, ces entreprises auraient conclu des accords les engageant à ne pas débaucher leurs employés les plus qualifiés. Une telle pratique, contraire aux lois de la concurrence, ayant pour but d'atténuer leur rivalité sur le marché du travail.

« Le recrutement dans la Silicon Valley est très compétitif, ce qui conduit régulièrement des employés à quitter leur entreprise pour rejoindre un concurrent et a déjà suscité des procédures judiciaires entre les groupes », s'étonne cependant le New York Times.
Au début du mois de mai, le journal avait déjà divulgué l'enquête des autorités de la concurrence menée sur les liens étroits entre Google et Apple. Le journal rapportait alors que deux de leurs dirigeants, dont le PDG de Google Eric Schmidt, appartiennent simultanément aux conseils d'administration des deux groupes.

De quoi contrevenir à une loi anti-concentration de 1914, laquelle interdit à une personne de siéger au conseil d'administration d'un rival si sa présence réduit la compétition entre les deux groupes. Or, les deux groupes en question sont concurrents sur les marchés des systèmes d'exploitation (Android et iPhone OS) et des téléphones mobiles (le Gphone et l'iPhone). (Source La Tribune)