Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Pour Oracle, les marges sont plus importantes que les salariés

Tel est le constat amer dressé par les salariés européens de l'entreprise qui s'apprête à licencier jusqu'à 15 % de ses effectifs en France. Pour maintenir ses marges, Oracle vient en effet d'annoncer la suppression de 850 à 1 000 postes sur l'Europe, sur les 17 000 existants.

Le comité d'entreprise européen et le comité d'entreprise France ont appris la nouvelle les 29 et 30 juin derniers. Elle provoque bien évidemment la colère du personnel de l'entreprise. Les licenciements concerneraient environ 250 personnes en France sur 1 600.

Les motifs avancés par Oracle sont les suivants, précise l'intersyndicale sur son site web : « une prévision de croissance significativement inférieure à ce qui était attendu » et la nécessité de « préserver la marge opérationnelle pour pouvoir maintenir la stratégie à long terme Oracle (recherche, innovation, politique de croissance interne et externe par acquisitions). »

« Nous ne pouvons pas accepter que les salariés soient considérés comme une simple variable d'ajustement au profit d'une politique purement financière. », s'insurgent l'intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO) et le comité d'entreprise. Oracle affiche en effet une bonne santé financière, ce qui suscite à la fois incompréhension et colère au sein du personnel.

L'éditeur n'a-t-il pas bouclé son année fiscale 2009 sur un bénéfice net de 5,6 milliards de dollars et un chiffre d'affaires de 23,3 milliards. Avec il est vrai des croissances respectives par rapport à 2008 de « seulement » 1% et 4%.

D'autres licenciements sont encore possible, craignent les salariés qui regardent d'un mauvais œil le récent rachat de Sun et les conséquences de cette opération sur les finances de la société.(Source IT Channel)