Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Washington testerait un système anti-censure en Chine et en Iran

Le gouvernement américain testerait secrètement en Chine et en Iran une technologie anti-censure qui permettrait aux internautes de contourner les barrages informatiques érigés par leurs gouvernements pour limiter l'accès aux informations sur internet.

La technique de "flux par e-mail" ("feed over email" ou FOE) permet de recevoir des informations, de s'abonner à des podcasts ou de recevoir des fichiers grâce à un système qui échappe aux protocoles de surveillance des pages web mis en place par des régimes restrictifs, a déclaré Ken Berman, directeur informatique de l'organisme américain de contrôle de télédiffusion, le Broadcasting Board of Governors, qui teste le procédé.

Les flux d'informations sont envoyés par le biais de comptes de messagerie électronique, ouverts notamment auprès de Google, Yahoo ou de Hotmail qui appartient à Microsoft.

"Nous avons des personnes qui font des tests en China et en Iran", a dit Ken Berman, dont l'agence publique administre également les services d'informations internationaux Voice of America et Radio Free Europe. Il n'a donné que peu de détails sur un procédé dont les tests ne font que débuter. Il a ajouté qu'il était important de rester évasif pour éviter toute détection par les autorités des deux pays cités.

Internet est de venu un puissant outil de prise de conscience et d'opinion pour les citoyens de ces Etats dont les gouvernements censurent régulièrement les media d'information.
Les jeunes Iraniens ont largement utilisé les réseaux communautaires tels que Facebook ou Twitter, autant que les téléphones portables, pour coordonner les rassemblements de contestation du scrutin présidentiel de juin qui a vu la réélection de Mahmoud Ahmadinejad.

En mai, à la veille du 20e anniversaire des événements de la place de Tiananmen, le gouvernement chinois a bloqué les accès à Twitter et Hotmail.
Un informaticien qui a contribué au développement du système FOE a déclaré par e-mail que le procédé pourrait aisément être modifié pour être compatible avec la plupart des téléphones portables.

Le gouvernement américain propose également un service gratuit qui permet à des résident étrangers d'accéder virtuellement à n'importe quel site internet, y compris qui critiqueraient la politique de Washington.
"Nous n'avons pas d'a priori vis-à-vis des internautes qui l'utilise", explique Ken Berman. "Nous essayons d'inculquer la valeur du 'Plus vous en savez, mieux c'est'. Les gens peuvent chercher par eux-mêmes."

Outre la Chine et l'Iran, le système FOE pourrait aussi concerner les ressortissants de Birmanie, du Tadjikistan, d'Ouzbékistan et du Vietnam, a-t-il ajouté.
Arguant des limites de l'utilisation de l'argent du contribuable américain, Ken Berman admet néanmoins qu'un filtrage modeste est opéré par le système en matière de pornographie. (Source Reuters)