Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Secteur IT : la France manque de compétitivité

La France ne se classe qu'à la 17ème place de l'Index mondial de la compétitivité dans les technologies de l'information. La prestation est peu glorieuse pourrait-on penser à première vue. Pourtant les atouts ne manquent pas et la France progresse d'une année sur l'autre, note l'Economist Intelligence Unit qui publie avec le BSA le classement de soixante six pays.

Pour la 3ème année consécutive, l'étude publiée par l'Economist Intelligence Unit sous le parrainage de la Business Software Alliance (BSA) évalue et compare la situation du secteur des technologies de l'information dans soixante-six pays, dont la France. Ce qui lui permet de déterminer dans quelle mesure la compétitivité du secteur informatique y est favorisée et d'inviter les décideurs politiques à mettre en place des mesures favorables au développement des technologies de l'information et à soutenir l'innovation.

La France se classe donc au 17ème rang mondial de cet Index 2009 de la compétitivité du secteur des technologies de l'information (2009 IT Industry Competitiveness Index), avec un score de (59,2) sur 100. Elle progresse de trois places par rapport au classement de 2008 et occupe la 9ème place en Europe.

« Dans le climat économique actuel, il est plus important que jamais de chercher à renforcer le secteur des technologies », déclare Natacha Jollet-David, porte-parole de la BSA en France.

« Même si, selon le rapport de l'Economist Intelligence Unit, la réglementation du marché du travail risquerait de freiner les créations d'emploi dans des pays comme la France ou l'Allemagne. Les technologies peuvent être le moteur de la reprise économique et nourrir une croissance sur le long terme. »

L'étude de la BSA note que la France se classe " relativement bien " sur les terrains du climat général des affaires, de l'environnement législatif, de l'infrastructure IT et du soutien au secteur informatique. Parmi les domaines à améliorer figurent les ressources humaines et la R&D.

Les cinq pays les mieux classés en Europe sont, dans l'ordre, la Finlande (au 2ème rang mondial), la Suède (3ème), les Pays-Bas (5ème), le Royaume-Uni (6ème) et le Danemark (8ème).

« Au niveau mondial, le secteur informatique a raisonnablement bien supporté la crise, malgré la baisse des investissements en technologie », note Denis McCauley, directeur des études mondiales sur les technologies au sein de l'Economist Intelligence Unit.

« Plutôt que d'improviser des mesures passagères destinées à gonfler la production du secteur ou à soutenir les entreprises informatiques en difficulté, les décideurs publics doivent s'attacher à renforcer les facteurs fondamentaux de la compétitivité du secteur sur le long terme. »

Six facteurs de compétitivité : L'Economist Intelligence Unit a établi un classement des pays bien positionnés au regard de ces six « facteurs de compétitivité » et qui possèdent en général une industrie informatique (très) performante. L'objectif de cette étude consiste à apporter aux pouvoirs publics une feuille de route destinée à gérer les atouts et les faiblesses des actions menées en faveur du renforcement du secteur informatique national.

Les constats de l'étude de l'Economist Intelligence Unit et les recommandations de BSA portent également sur les thèmes suivants :
Les réseaux à haut débit sont un facteur de compétitivité vital pour le secteur informatique, et les pays les adoptant moins rapidement risquent de voir s'aggraver leur déficit de compétitivité. Les entreprises technologiques réclament un accès à l'internet rapide, fiable et sûr, et l'importance du haut débit ira croissant avec l'essor du nombre de services et de logiciels distribués par l'internet.
Investir dans le développement des compétences demeure un impératif de long terme. Les pays qui dispensent des formations associant informatique, commerce et langues étrangères se doteront d'une meilleure main-d'œuvre informatique.
Le protectionnisme et les aides en faveur de « champions nationaux » nuiront aux efforts de relance et à la compétitivité à long terme du secteur. Les pouvoirs publics doivent trouver un équilibre entre les aides favorisant les investissements et la croissance de l'industrie et celles qui introduisent des pratiques commerciales déloyales et un protectionnisme susceptibles de nuire à la compétitivité.

Le régime de la propriété intellectuelle s'améliore dans de nombreux pays émergents, mais il reste des progrès à accomplir. La protection de la propriété intellectuelle est toujours d'une importance critique pour la compétitivité informatique et constitue un moyen relativement peu coûteux pour stimuler le développement économique sur le long terme.

Pour plus de détails sur les résultats et la méthodologie de l'étude, voir Resilience amid turmoil: Benchmarking IT industry competitiveness 2009, disponible gratuitement (en anglais) sur les sites www.eiu.com ou www.bsa.org/globalindex.  (Source IT Channel)