Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Cisco rachète Tandberg pour 3 milliards de dollars

Le constructeur de routeurs californien fait une généreuse offre d’achat sur l’un des deux grands leaders du marché de la vidéoconférence en entreprise.

Coup de tonnerre dans le petit monde de la vidéoconférence. Cisco, le géant des réseaux IP, vient d'annoncer qu'il est prêt à débourser 3 milliards de dollars en cash pour racheter le constructeur norvégien Tandberg. Ce dernier étant, avec son rival Polycom, l'un des deux leaders sur le marché des équipements de vidéoconférence.
En 2008, Tandberg a généré un chiffre d'affaires de 808 millions de dollars, contre 1,1 milliard de dollars pour Polycom. A eux deux, ces deux fournisseurs représentent près de deux tiers du marché.

La proposition de Cisco est généreuse. Elle représente pour les actionnaires de Tandberg une prime de 25,2 % sur le prix moyen de leurs actions. La direction du constructeur norvégien a rendu, bien évidemment, un accord unanimement favorable à cette offre d'achat. La transaction devrait être finalisée d'ici à la mi-2010.

D'ici là, les activités de Tandberg seront intégrés dans l'offre Collaboration de Cisco, un domaine dans lequel le constructeur a déjà lourdement investi en 2007 avec le rachat de WebEx, pour 3,2 milliards de dollars.

Des technologies standards : Grâce à cette nouvelle acquisition, le constructeur californien pourra mettre la main sur une large gamme d'équipements, allant du visiophone individuel aux systèmes de téléprésence, en passant par les équipements de salle de moyenne gamme et les ponts multipoints.

Cette gamme se recouvre d'ailleurs en partie avec celle de Cisco, qui dispose également de systèmes de téléprésence, d'éléments réseaux et de ponts multipoints.
Mais la différence, c'est que les technologies de Tandberg respectent totalement les standards de la diffusion vidéo (H320, H323, H339, H264), alors que celles de Cisco s'appuient sur des algorithmes propriétaires. Une erreur, selon certains observateurs.

« Dans le domaine de la vidéoconférence, Cisco n'a pas atteint ses objectifs. Il a sous-estimé le poids des standards au sein des entreprises. Par ailleurs, pour commercialiser son offre, il s'est surtout adossé à des grands intégrateurs généralistes, qui n'ont pas mis assez de moyens pour couvrir ce domaine », estime Jean-François Thau, expert en vidéoconférence.

La pression concurrentielle augmente : Reste à savoir comment Cisco compte intégrer ces deux gammes. Dans un premier temps, le constructeur va certainement renforcer l'interopérabilité entre elles. A terme, les technologies de Tandberg pourraient dominer l'offre de Cisco, comme le suggère la nomination du PDG de Tandberg, Fredrik Halvorsen, qui sera à la tête de la division TelePresence Technology Group au sein de Cisco.

Ce qui est certain, c'est que ce rachat fait monter d'un cran la pression concurrentielle. Radvision, fournisseur OEM de Cisco pour les ponts multipoints, pourrait être le grand perdant de ce rapprochement. Tandberg est en effet propriétaire de la technologie multipoint de Codian, le concurrent direct de Radvision. Et Polycom pourrait devenir rapidement la proie d'un autre grand fournisseur, qui ne souhaite pas perdre pied face à Cisco. La consolidation du secteur est en marche.  (Source 01 net)