Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Salaires du Web : « Il existe une surenchère sur certains profils »

Pierre Cannet, PDG de Blue-Search conseil, cabinet de recrutement et de conseil RH spécialisé dans les nouvelles technologies, revient sur les disparités salariales dans la filière Internet.

01netPro : Vous avez animé, la semaine dernière, une conférence organisée par l'EBG sur les salaires du Web. Quelle sont les grandes familles de métiers de l'Internet ?
Pierre Cannet : Il existe trois grandes catégories que l'on peut regrouper dans les métiers support (finances, comptabilité, RH, juridique, etc.), les nouveaux métiers (responsable du référencement naturel, responsable affiliation, community manager, etc.) et les métiers hybrides, avec des intitulés qu'on retrouve dans d'autres secteurs tels que l'industrie, la chimie ou les services (directeur commercial ou marketing, par exemple) mais qui s'exercent d'une manière très spécifique dans le domaine du Web.

Il existe des disparités salariales en fonction de ces catégories. Pour chacune d'elle, quelle est la tendance ?
De façon très générale, il y a eu une première phase d'inflation salariale entre 1996 et 2001, puis une chute des rémunérations entre 2001 et 2002. Ensuite, on a pu noter une reprise de l'inflation entre 2002 et 2008 et depuis 2008-2009, avec la récession économique, des mouvements contraires selon les familles de métiers.
Pour les métiers supports et hybrides, les rémunérations ont stagné. En revanche, pour les nouveaux métiers, la surenchère a été plus forte. Dans un grand nombre de cas, les salaires ont continué à augmenter, notamment pour les SEO managers (spécialiste du référencement naturel) ou les responsables de marketing en ligne.

Comment expliquez-vous cette surenchère salariale ?
D'abord, de plus en plus d'entreprises, dans des secteurs d'activité variés, considèrent qu'Internet est un canal de diffusion de ventes de leurs produits. Du coup, entre 2002 et 2007, une nouvelle vague de sociétés s'est tournée vers ces spécialistes de l'Internet. Il existe donc une pénurie quantitative en et aussi qualitative, sur certains types de profils [les nouveaux métiers évoqués plus haut, par exemple, NDLR].

Quelles sont aujourd'hui les compétences que les entreprises recherchent dans les profils web ?
Quatre types de compétences sont très demandés : la première catégorie a trait à tout ce qui relève de l'acquisition de clients en ligne (référencement naturel, marketing en ligne...). La deuxième est technique (Java EE/.NET/PHP).
La troisième est d'ordre managérial. De plus en plus d'entreprises recherchent des gens capables d'encadrer des juniors. Depuis 1999, bon nombre de petites sociétés du Web ont grandi. Leur structure hiérarchique ressemble de plus en plus à celle d'entreprises classiques. Du coup, elles ont aussi besoin de professionnels plus confirmés pour apporter une plus grande maturité.
Enfin, la dimension internationale intéresse les entreprises qui vendent des produits à l'étranger, comme Pixmania ou CDiscount, pour recruter dans l'achat (création de postes d'acheteurs locaux) et dans la vente (création de postes de country managers)

Les métiers du Net concernent aussi les informaticiens. Dans quelle proportion ?
Pour moi, ils ne représentent qu'un gros quart des métiers du Web. A titre d'exemple, parmi les sociétés adhérentes au Club des DRH du Net, les effectifs de l'informatique s'élèvent à un tiers, en moyenne. Parmi les profils répandus, on trouve des ingénieurs développement (PHP/Java EE/.NET), des chefs de projet technique, des architectes Internet ou directeurs techniques. Il n'y a pas de nouveaux métiers dans l'informatique ; on s'arrache toujours certains profils d'ingénieurs développement, qu'ils soient débutants ou qu'ils aient six à sept ans d'expérience.

Pourquoi le métier de community manager est-il aussi en vogue aujourd'hui ? A-t-il de l'avenir ?
C'est un métier « fun », qui correspond bien au Web 2.0, avec ses dimensions communautaire, virale, etc. Il va être de plus en plus présent dans les entreprises dans les années à venir. Aujourd'hui, il existe peut-être entre 30 et 60 community managers en France. Ils seront peut-être plus de 100 dans les deux à trois ans à venir. Mais même si leur progression est forte, la proportion restera assez faible par rapport à l'ensemble des emplois du Web.

On parle aussi de responsable des réseaux sociaux ? 
Il faut se méfier de tous les intitulés qui prolifèrent pour désigner une même catégorie de professionnels. Les réseaux sociaux sont une composante des communautés. Pour moi un responsable des métiers sociaux est très proche d'un community manager. L'un et l'autre correspondent bien à la montée en puissance des fonctionnalités communicantes et virales.

Cinq exemples de salaires sur Internet
Chef de projet technique : 50 K€
Architecte web : 46,5 K€
Développeur : 40,5 K€
Intégrateur : 31,5 K€
Le directeur technique / DSI web : 80/120 K€ (source : Blue-search)

Source : le Club des DRH du Net 2008. Étude des rémunérations réalisée auprès des adhérents du Club sur la base des feuilles de salaires de l'ensemble des salariés occupants les métiers concernés. Toutes les rémunérations comportent une part fixe + variable + avantages en nature + intéressement. (Source 01 net)