Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Salaires : la rigueur se poursuivra en 2010

Par Xavier Biseul 01netPRO

Après deux années de disette, 2010 s’annonce tout aussi sombre sur le front des rémunérations. Société par société, état des lieux des négociations en cours.
Pas question de délier les cordons de la Bourse. Syntec informatique avait prévenu lors de sa conférence semestrielle du 6 novembre. La sortie de crise ne sera pas synonyme d'un rattrapage sur les salaires. Avec la pression continue exercée par les clients sur les prix, SSII et éditeurs ne peuvent se permettre de laisser filer les salaires s'ils veulent préserver leurs marges.

Déjà à l'œuvre ces deux dernières années, cette modération se traduit par une inflexion des salaires à l'embauche, mais aussi par un gel quasi généralisé des rémunérations pour les salariés en poste. La politique d'individualisation prenant progressivement le pas sur les augmentations collectives. Du coup, alors que les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont ouvertes ou vont s'ouvrir, les premiers retours des syndicats ne sont guère optimistes. Se faisant menaçants, certains délégués évoquent déjà la série de débrayages qui avaient émaillé 2008.

Capgemini. Le 3 décembre, FO, CGT, CFTC, CFDT et CFC se sont constitués en intersyndicale pour dénoncer le gel des salaires décidé par la direction pour 2010. Sur 2009, Capgemini se contenterait de suivre l'accord triennal conclu en 2006, et revu à la hausse à la faveur des grèves de 2008. Cet accord consiste, entre autres, à un rattrapage pour les salariés non valorisés depuis deux ans, et à une augmentation forfaitaire des plus bas salaires. « Ce qui concernerait moins de 900 salariés sur les 21 000 en France », déplore Frédéric Boloré, délégué syndical CFDT.

IBM. L'individualisation est déjà à l'œuvre chez IBM. Pour Jean-Michel Daire de la CFDT, les dernières augmentations générales remontent à... 1986. « Il n'y a plus de négociation, le siège impose à ses filiales régionales, dont IBM France, le montant de l'enveloppe disponible, les fourchettes de "performeurs" pour chaque note d'évaluation, et les répartitions précises entre les bénéficiaires d'une augmentation individuelle. » En ce moment, la direction fixerait les "pré-Ratings". A savoir les notes d'évaluation qui seront attribuées en janvier 2010 au titre de l'année 2009.

L'augmentation individuelle étant liée à ces évaluations, le spectre des quotas de mauvaises notes commencerait, comme chez HP, « à poser des problèmes moraux à certains managers. » Jean-Michel Daire constate que de plus en plus de salariés restent avec le même salaire pendant cinq ans, six  ans et plus, d'où des pertes de pouvoir d'achat importantes.

Pour plus d’informations, consulter : http://pro.01net.com/editorial/509774/salaires-la-rigueur-se-poursuivra-en-2010/