Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Quand les fraudeurs à la nigériane recrutent une mamie suédoise

Par Hélène Puel 01net

Le spam frauduleux change de forme. C'est une sexagénaire suédoise qui propose désormais de partager sa fortune.

Les orphelins de présidents de Centre-Afrique, du Niger ou d'autres pays africains, riches à souhait, mais dans le pétrin, disposent-ils d'une trop grande notoriété ? On peut le croire. En tout cas, ce n'est pas eux qui m'ont sollicitée dans l'arnaque à la nigériane qui sévit actuellement sur le Web et que je viens de recevoir dans ma boîte aux lettres électronique.

Dans cette histoire, l'e-mail me proposant de partager une fortune ne provient pas d'un héritier dans l'incapacité d'accéder à ses comptes bancaires. Il est prétendument envoyé par une vieille dame suédoise.

Jeanne Gamelin, « est tombée par hasard sur mon adresse » lors d'une de ses balades sur Internet. Ancienne diplomate, cette femme est à la tête « de quelques millions de dollars ». L'expéditrice de ce curieux e-mail désire « de façon gracieuse me léguer cet héritage ». Sans oublier de préciser qu'elle est sans mari, sans enfant et de surcroît atteinte d'un cancer, Jeanne Gamelin compte sur moi pour « créer une fondation ou une galerie pour les enfants et les nécessiteux ».

Toute la gamme des sentiments passe dans ce courrier électronique d'une quinzaine de lignes : cupidité, compassion, altruisme, etc. Afin de pouvoir procéder au transfert, la bonne dame désire : « mon téléphone, mon numéro de fax, mon adresse, mes noms et prénoms ainsi que ma profession » pour que « son émissaire » puisse étudier dans quelle mesure le transfert d'argent pourra se faire... Mon expéditrice a beau se cacher derrière l'identité d'une mamie suédoise pétrie de bonnes intentions, elle développe dans son courriel tous les artifices d'une attaque dite « à la nigériane ».

Pour plus d’informations, consulter : http://www.01net.com/editorial/509860/quand-les-fraudeurs-a-la-nigeriane-recrutent-une-mamie-suedoise/