Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Jeunes diplômés, soiniez vôtre ortografe

Le divorce est consommé entre les jeunes ingénieurs de la génération SMS et l’orthographe. Pour corriger le tir, plusieurs initiatives voient le jour, dont le retour des bonnes vieilles dictées. Prenez une feuille et un stylo.

Si vous avez des enfants scolarisés, vous vous en êtes certainement rendu compte. Quitte à passer pour un réactionnaire, force est de constater que le niveau d'orthographe a lourdement chuté depuis quelques années. Ce que l'on accepte de nos chères têtes blondes en phase d'apprentissage, passe nettement moins à l'heure de rentrer dans la vie active.

Et nombre de recruteurs tirent actuellement l'alarme sur les fautes lexicales et de syntaxe à répétition que commettent les jeunes diplômés de la génération chat et SMS. Un handicap qui pourrait se révéler rédhibitoire.

Au cours de leur carrière, ils auront à élaborer des rapports, concevoir des supports de présentation, rédiger des recommandations voire des documentations techniques. Qu'ils ne pourront se permettre d'émailler de fautes, le correcteur orthographique laissant passer les erreurs de syntaxe et de grammaire.

Entre deux profils similaires, le choix est vite fait : Pour Didier Lichtensteger, DRH d'Ausy, des fautes d'orthographe ne l'empêcheront pas de rencontrer un candidat. « En revanche, entre deux profils similaires, le choix est vite arrêté. Nos consultants véhiculent l'image de l'entreprise.  »

La société de conseil en technologies a récemment remporté un appel d'offres car elle était la seule – à proposition technique et tarifaire équivalente – à ne pas avoir commis une seule faute. « Pour le donneur d'ordre, cela dénotait un suivi de qualité. ». Ausy fait passer des tests d'orthographe à ses managers. Quant aux commerciaux connus pour leurs lacunes en Français, ils doivent faire relire par leurs pairs tout document qui sort de l'entreprise.

Evaluez votre niveau d'orthographe en ligne : Pour réconcilier les futurs ingénieurs et les étudiants en sciences avec l'usage de la langue française, ECE, grande école high-tech, organisait le 1er avril dernier la quatrième édition de sa dictée interécoles. Sur quelque 300 participants, la première de cette dictée – dont vous retrouverez le texte en bas de page – a commis quatre fautes. Et l'on monte très vite à 20 fautes dès la 46ème place du classement.

« Il faut faire la démonstration que l'orthographe et la syntaxe répondent, elles aussi, à une certaine logique, rappelle l'organisateur de cet événement, soutenu par la Conférence des grandes écoles (CGE) et la Conférence des directeurs d'écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI). Puis, dans un second temps, les convaincre que, sans le respect de ces règles, ils ne parviendront pas à structurer leur pensée et à communiquer avec autrui. » Il s'agit, enfin, de renouer avec le plaisir de l'écriture et de casser le clivage entre scientifiques et littéraires. Les premiers étant, par essence, mauvais en français.

Opportuniste, Woonoz met en ligne un test gratuit pour jauger son niveau. A l'issue de cette phase d'évaluation de cinq minutes, cet éditeur d'e-learning établit un programme d'entraînement personnalisé, centré sur les règles d'orthographe non maîtrisées. L'institut de formation Orsys propose aussi un stage pour rappeler les fondamentaux de l'orthographe.

"Le développement durable" - Texte de la dictée ECE 2010

Si les Gaulois ont tant redouté que le ciel leur tombât sur la tête, les Terriens actuels pourraient craindre l'épuisement de la planète bleue. Pour l'éviter, un remue-méninges a abouti au développement durable. Inutile de zapper ce sujet : après Tchernobyl, la dioxine de Seveso, les galettes de fioul* des marées noires, il fallait agir contre ces galères innommables.
Puissé-je vous exhorter, par ces lignes, à mieux protéger l'environnement ? En effet, des dizaines de mesures qu'engendre un tel contexte se sont succédé déjà crescendo, mais se sont souvent soldées par des échecs. D'abord, les pays en voie de développement : quels que soient les hémisphères, nous devons établir l'équilibre entre le Bhoutan*, l'Érythrée, les Îles Marshall ou le Nigeria...
Ensuite, la flore : protégeons les caryers ou les bignones, au Canada. Et, biodiversité oblige, sauvegardons la faune : les saïgas ou les oryx de Libye, comme on le fit des pygargues ou des gypaètes à demi sauvés aujourd'hui. Enfin, serait rompu, si étaient abîmés les écosystèmes, les mangroves et les récifs coralliens, l'équilibre naturel. Tel un cheval de Troie, l'émission des gaz à effet de serre perturbe le climat, d'où parfois des hurricanes, semblables à des scènes quasi gore.
Disons oui aux énergies renouvelables : les éoliennes, la géothermie, non aux appareils jetables qui polluent les sols, et merci aux poètes, mentors écolos, escagassés par les mobiles, les baladeurs et leurs variantes, qui écrivent à qui mieux mieux des ballades antibruit, tout en assonances, sur des feuillets biodégradables. Après que je vous ai décrit l'état des lieux, j'espère qu'un jour, enfin tous sauvés, nous serons dans l'empyrée et sortirons un salmanazar pour faire la fête ! Line Sommant
* On acceptera fuel ou fioul. * On acceptera Bhoutan ou Bhutan (avec tirets sur u et a).  (Source 01 net)