Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

26 000 embauches d'ingénieurs et cadres informatiques en 2010

Les ingénieurs et cadres en informatique se placent au quatorzième rang des métiers en termes de volume de recrutement. Près de 60% des employeurs affirment avoir des difficultés à recruter.

Conduite par Pôle emploi en collaboration avec le Crédoc, l'enquête annuelle Besoins en main d'œuvre recense les projets de recrutement des établissements de France métropolitaine et des départements d'Outre-mer. Plus de 400 000 entreprises sur les 2 700 000 établissements interrogés ont répondu au questionnaire.

Il en ressort que près d'un employeur sur cinq (19,7 %) envisage de réaliser au moins une embauche au cours de l'année 2010, ce qui correspond à 524 900 recruteurs potentiels. Près d'un sur deux proposera des CDI. Sur les 1 693 347 recrutements envisagés, le secteur informatique se place en quatorzième position des secteurs les plus recruteurs avec 1,5 % des embauches.

Ces métiers qui connaissent de grandes difficultés de recrutement : Notons que pour 56,9 % des entreprises, il est difficile de recruter des fonctions d'encadrement pour les ingénieurs informatiques, les cadres d'études et de recherche et les chefs de projets informatiques. Pour les ingénieurs d'administration et de maintenance en informatique, ce chiffre atteint 36,5 %, et pour les ingénieurs et cadres des télécommunications, il se situe à 40,4 %.

Selon les employeurs, les difficultés de recrutement actuelles sont avant tout liées au profil inadéquat des candidats, à leur manque d'expérience (42 % des cas) et à l'insuffisance des diplômes (17 % des cas).

De fortes disparités de pénurie selon les villes : Les Hauts-de-Seine et Paris sont les deux départements où les recrutements en ingénieurs, cadres d'étude, R&D informatique et chefs de projets informatiques sont les plus volumineux (plus de 5 500 emplois), mais connaissent des difficultés importantes, de l'ordre de 60 %.

Les chiffres sont encore plus alarmants dans d'autres villes avec 82,4 % de difficultés pour Strasbourg, 95,3 % pour Toulon, 91,9 % pour Villeurbanne, et  92,9 % pour Le Mans. Les volumes d'embauches y sont moindres, compris entre 70 personnes pour Le Mans et 300 pour Strasbourg. Certaines villes comme Nice, Caen Grenoble ou Cannes souffrent moins de pénurie (entre 28 % et 48 %). (Source 01 net)