Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Econocom double de taille

La société franco-belge rachète ECS à la Société Générale. Le nouvel ensemble génèrera un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros. Dont 73% dans le financement de parcs informatiques.

La société de services Econocom est entrée en négociation exclusive avec la Société Générale, en vue d'acquérir ECS. Cette filiale de la banque est spécialisée dans la location informatique. Le nouvel ensemble ainsi créé réaliserait un chiffre d'affaires cumulé de 1,6 milliards d'euros (chiffres de l'exercice 2009), dont 73% dans le financement et la location de parcs informatiques.

Particularité de l'opération, les deux sociétés ont le même fondateur, Jean-Louis Bouchard. Celui-ci avait vendu ECS en 1985 à la Société Générale, avant de bâtir Econocom à partir des filiales d'ECS à l'étranger. A l'issue de l'opération, il restera le principal actionnaire de la société à hauteur de 45%. L'offre valorise les titres d'ECS à 210 millions d'euros.

Ce rapprochement résulte d'abord du souhait de la direction des Services financiers spécialisés de la Société Générale, maison mère d'ECS, de se désengager de certaines activités.

« Nous avons considéré qu'à partir du moment où le développement d'ECS passe par la mise en œuvre de davantage de services techniques associés au financement et à la location proprement dite, nous ne sommes plus l'actionnaire idéal dans cette orientation », indique Didier Hauguel, directeur des services financiers spécialisés et assurances à la Société Générale.

Les acteurs du financement se tournent vers les services d’infrastructures : Les acteurs spécialisées dans le financement informatique ont en effet investi ces dernières années dans des activités de services d'infrastructure, dans l'optique de fournir une prestation globale de gestion d'infrastructure matérielle qui associe souplesse financière et services techniques. ECS possède ainsi une activité d'infogérance de serveurs.

Econocom a de son côté mis l'accent ces dernières années sur des offres mobilisant l'ensemble de ses métiers : location de matériel, distribution et gestion d'infrastructure distribués, ou encore télécoms. Des offres packagées fortement stratégiques pour le groupe franco-belge et qu'il entend essaimer auprès des clients d'ECS.

La Société Générale reste néanmoins un partenaire privilégié de la société. Elle demeure actionnaire à hauteur de 9% du nouvel ensemble et s'est également engagée à fournir un volant de refinancement de contrats de location de matériel de 750 millions d'euros jusqu'en 2014. Enfin, le réseau commercial de la banque continuera à jouer son rôle d'apporteurs d'affaires pour le compte d'Econocom.

Des géographies et des offres complémentaires : Ce mariage associe deux sociétés de tailles similaires. Econocom a réalisé un chiffre d'affaires de 760 millions d'euros en 2009, dont 55% dans la location, 25% dans la distribution de matériel et 16% dans les services d'infrastructures. ECS totalise 840 millions d'euros de revenu (88% dans le financement/location, 12% dans les services).

Si toutes deux ont pour activité d'origine le financement et la location de matériel informatique, leurs portefeuilles commerciaux sont relativement complémentaires. La clientèle d'Econocom est principalement constituée de grands comptes, celle d'ECS de grosses PME. A l'international, ECS est bien implanté en Europe de l'Est et en Allemagne. Econocom est un acteur de poids au Benelux.

Une nouvelle organisation prévue pour janvier 2011 : Même complémentarité du côté des offres de services. ECS assure l'exploitation des serveurs. L'offre d'Econocom est axée sur le poste de travail et, surtout, la gestion des flottes de mobiles. Un domaine dans lequel la société a beaucoup investi ces dernières années.

Au regard de cette faible redondance, l'intégration entre les deux sociétés devrait générer rapidement des synergies, soit 20 à 25 millions par an à l'horizon 2012. Le projet de rachat doit être présenté aux instances représentatives du personnel des deux groupes. Avant une finalisation de l'opération en septembre. Une nouvelle organisation sera mise en place dès janvier 2011. C'est Yves Caparros l'actuel président de ECS qui sera chargé du pilotage de l'intégration entre les deux sociétés. (Source 01 net)