Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

HP : enfin, un accord sur le télétravail !

Hewlett-Packard vient de signer un accord sur le télétravail - volontaire et à temps partiel - avec tous les syndicats du groupe. Il introduit cette pratique à la demande du salarié.

Après de multiples rebondissements et réunions de négociation, depuis mars dernier, l'ensemble des organisations syndicales (CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO) du constructeur informatique ont signé unanimement les 6 et 7 juillet derniers un accord pour mieux encadrer le télétravail, une pratique qui existe depuis des années, pour les volontaires.

L'accord concerne les 3 sociétés du groupe -HP Centre de compétences (HPCCF), HP France (HPF) et HP Enterprise services France (HP-ESF)-  et prévoit que le télétravail puisse être initié à la demande d'HP - dans le cadre d'un projet spécifique (immobilier, par exemple) - ou à la demande d'un employé. Ce dernier se voit alors doté d'un ordinateur portable et touche 40 € maximum par mois pour ses frais Internet.

Pour la CFTC HP, « C'est une grande première chez HP et en France, il y a relativement peu d'accords de ce type ».  « HP ne proposait pas à l'origine de télétravail à la demande du salarié. Or il est vital pour certains collaborateurs de l'entreprise qui ont vu leur temps de transport se rallonger. Après le déménagement d'Issy-les-Moulineaux vers les Ulis (92), par exemple, certains salariés passent parfois plus de 4 heures par jour dans les transports », précise Jean-Paul Vouiller syndicaliste à la CFTC et élu du CE.

Un véritable changement culturel pour HP : Concrètement, le télétravail est prévu sur la base d'un temps partiel par jour entier et pourra être étendu à 4 jours par semaine, en moyenne sur l'année, dans le cas particulier des fermetures d'agences. Les collaborateurs pourront travailler régulièrement sur un site HP ou dans des bureaux de passage.

Autre point important : le principe de réversibilité à l'initiative du manager ou du salarié et la possibilité, en cas de désaccord, pour les deux parties de saisir une commission de suivi.

Dans un communiqué, adressé aux salariés, Philippe Russo, le DRH d'HP s'est félicité de cet accord  qui prend en compte notamment « les besoins et les contraintes de chacun grâce à différentes formes de télétravail », qui prévoit « des mesures d'accompagnement adaptées » et une « formation spécifique destinée aux télétravailleurs et à leurs responsables hiérarchiques, dans le cadre d'un plan d'accompagnement du changement ».

La CFTC rappelle que la politique de réduction de mètres carrés, engagée depuis deux ans, par la direction est aussi à l'origine de l'accord. Les syndicats vont rester vigilants sur la mise en œuvre de cet accord. Comme dans les autres entreprises, il existe de vrais freins culturels. Certains managers, dans la pratique, n'encouragent pas cette nouvelle forme de travail parce qu'ils ont besoin de garder un œil sur leur équipe. « Cela peut déboucher sur un traitement inégal des salariés qui feront des demandes de télétravail. On s'attend à pas mal de difficulté sur ce point », explique Jean-Paul Vouiller à la CFTC.

Enfin, ne l'oublions pas, le télétravail, aussi bien encadré qu'il soit, peut se révéler désastreux pour certaines personnalités. Même limité dans le temps, bon nombre de salariés sous-estiment son côté « déstructurant ». (Source 01 net)