Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Jiwa ferme, la faute aux majors et au piratage

Le service d’écoute musicale gratuit est en cessation de paiement depuis juillet. Affaibli par le piratage et les exigences des majors, Jiwa n’aura jamais trouvé le bon modèle économique.

Les temps sont durs pour les sites de streaming musicaux français. Si Deezer peut désormais compter sur Orange pour assurer sa survie, Jiwa n'aura pas eu cette chance. Le service d'écoute musical va baisser le rideau.

Evoquée par le site ReadWriteWeb, l'information nous a été confirmée par Jean-Marc Plueger, président et cofondateur du service d'écoute musical.
Le 29 juillet dernier, le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de la société, placée en cessation de paiement depuis le début du mois. « Le site va très prochainement basculer dans un mode d'accès restreint et l'écoute à la demande ne sera plus possible », précise Jean-Marc Plueger.

Créé en mars 2008, Jiwa était dans une situation financière difficile depuis plusieurs mois. La société avait misé sur un modèle économique qui peine à faire ses preuves : le service est gratuit pour les internautes et financé essentiellement par la publicité et les jeux concours.

Pas de pérennité économique : « C'est tout le secteur de la musique en ligne qui est confronté à ce problème de pérennité économique, s'alarme Jean-Marc Plueger. Aujourd'hui, sur la vingtaine de sociétés en activité, il n'y en a pas une qui ne soit pas déficitaire ».

Le créateur de Jiwa met en avant le contexte difficile. D'un côté, le marché légal est déjà archidominé par un acteur unique, Apple, qui en détient près de 70 % en France. De l'autre, il y a la concurrence du téléchargement illégal largement répandue.

« Dans ces conditions, il est difficile d'exister. D'autant plus que les majors ne nous aident pas », insiste Jean-Marc Plueger.
L'entrepreneur dénonce ainsi les exigences financières des maisons de disques pour autoriser l'écoute en streaming de leur catalogue : « certaines d'entre elles sont raisonnables, comme Universal Music [partenaire de la première heure de Jiwa, NDLR]. Mais d'autres demandent des minimums garantis importants, sans commune mesure avec notre chiffre d'affaires ». Selon lui, ce minimum atteint un millions d'euros alors que le chiffre d'affaires de Jiwa sur 2009 n'était que de 300 000 euros.
Au passage, Jean-Marc Plueger égratigne le gouvernement, incapable de mettre en place des mesures d'aide au secteur, pourtant promises lors de l'élaboration de la loi Hadopi. Une allusion notamment à la carte musique jeune, initialement prévue au mois de juin et toujours pas lancée.  (Source 01 net)