Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Le palmarès 2011 des écoles d'ingénieurs de L'Etudiant

Plus de 150 établissements ont été passés en revue selon des critères draconiens. Pas de bouleversement dans la hiérarchie. Polytechnique, Centrale, ParisTech et Supélec tiennent toujours le haut du pavé.

Chaque année, il est attendu fiévreusement par les directeurs des grandes écoles. « Il », c'est le classement des écoles d'ingénieurs de L'Etudiant. De l’Ecole polytechnique à l’Ensim (Ecole nationale supérieure des ingénieurs du Mans), plus de 150 établissements ont été passés au gril. Avec un dénominateur commun : l’habilitation de la Commission des titres d’ingénieur (CTI).

Pour la première fois, le magazine a classé les établissements par groupes de niveau –  de A+ à D – en fonction des points obtenus sur 14 critères, comme la proximité avec les entreprises ou l’ouverture à l’international. « Derrière une élite d’une trentaine d’établissements existent beaucoup d’écoles de niveau assez homogène, comme le montrait déjà le grand nombre d’ex aequo lors des éditions précédentes », justifie L’Etudiant sur son site.

Dans le haut du panier, ce fameux groupe A+, on note, de fait, peu de changements. L’Ecole polytechnique conserve sa place de leader pour « son potentiel académique inégalé », « sa mue internationale initiée il y a une dizaine d’années » et ses relations avec les entreprises, qui conduisent Thales ou Total à construire des centres de recherche à proximité de l’X sur le plateau de Saclay, au sud de Paris.

L’Ecole centrale de Paris confirme, elle, sa deuxième place. L’Ecole des mines ParisTech et Supélec (Gif-sur-Yvette) ferment le ban comme l’an dernier. L’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Lyon est la seule école après bac à appartenir au groupe A+, « de par son fort niveau académique et ses relations internationales ».

Supélec, Télécom ParisTech et l'INP-Ensimag, le tiercé dans les TIC : Si l’on zoome cette fois-ci sur la catégorie Technologies de l’information en tant que principal débouché pour les lauréats, nous obtenons le classement pour les écoles après bac + 2 suivant (voir capture) : Supélec ravit la première place devant Télécom ParisTech, l'INP-Ensimag de Grenoble, Télécom Bretagne Brest et Télécom Sud Paris.

Dynamique, le palmarès permet d’affiner le tri des écoles – onglet D'autres critères – selon les frais de scolarité, le pourcentage de boursiers ou la durée minimale passée à l’étranger. Une manière de rattraper des écoles qui n’ont pas la visibilité des établissements de renom. A noter l'existence d'un blog qui raconte les coulisses du palmarès avec, notamment, les perles de cette cuvée 2011. (Source 01 net)