Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Legrand se renforce dans les baies de serveurs pour datacenters

L’électricien français acquiert Electrorack, un spécialiste américain des armoires de serveurs pour salles informatiques. Cloud oblige.

Anticipant la croissance de la construction de salles d’hébergement informatique, Legrand a décidé de racheter Electrorack, concepteur américain d’armoires (baies) voix-données-images. Ce marché devrait croître de 10 % par an aux Etats-Unis, selon l’industriel français.

Basé à Anaheim (Californie), Electrorack emploie plus de 90 personnes et devrait réaliser plus de 23 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2010, avec un bon niveau de rentabilité, qui n’a toutefois pas été précisé. En 2010, il a développé des armoires avec un système intégré de refroidissement par eau situé à l’arrière, qui joue le rôle d’échangeur thermique. Son catalogue viendra étoffer celui d’armoires 19 pouces, lié à l’offre de système complet de câblage LCS2 de Legrand.

L'entrée de ce dernier sur le marché de l'équipement d'infrastructure pour réseaux et salles informatiques est survenue en 1998, avec le rachat de l’Américain Ortronics. Cette marque est restée son fer de lance dans le pré câblage structuré de réseaux informatiques, téléphoniques et vidéo.

Fournir l'équipement électrique des salles informatiques : En décembre 2010, Legrand a également racheté Meta System Energy en Italie, complétant les activités du Turc Inform dans le segment des onduleurs pour alimenter électriquement les serveurs.

La France a la chance de posséder un autre industriel très actif dans l’équipement électrique des salles informatiques : Schneider Electric. Ce dernier a notamment acquis fin 2006 l’Américain APC, spécialiste des onduleurs et baies de serveurs intégrant des systèmes de refroidissement. L’ironie de l’histoire veut que Schneider Electric ait tenté de mettre la main sur Legrand en 2000, une opération qui fut déjouée en 2001 par la Commission de Bruxelles au nom du maintien de la concurrence. Depuis, les deux électriciens français se retrouvent en concurrence, notamment sur l’équipement électrique des nouvelles usines du cloud. (Source 01 net)