Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

GFI reprend les activités restantes d'Ares

Le tribunal de commerce d’Evry a retenu l’offre de GFI au terme de la procédure de liquidation judiciaire. La SSII reprendra donc 433 salariés.

Après une lutte indécise, c’est finalement GFI qui reprend le fonds de commerce de la société Ares en France et au Luxembourg, auprès du tribunal de commerce d’Evry.

Ce dernier avait ouvert, en novembre dernier, une procédure de liquidation judicaire assortie d’une poursuite d’activité de trois mois dans l’attente d’un repreneur. La société de services informatiques, grande favorite au départ, reprend les activités de services applicatifs et d'infrastructure des sites de Paris, d'Orléans, de Pau, de Lyon, de Bordeaux, de Montpellier et de Lille ainsi que les titres de la société Arès Luxembourg. Des structures qui totalisent un effectif de 404 personnes en France et 29 au Luxembourg.

Un choix qui limite la casse sociale : La société précise qu’il s’agit, pour l’essentiel, d’effectifs de production, GFI n’ayant pas souhaité reprendre le personnel administratif qui a donc été laissé sur le carreau. La trentaine de salariés non repris devrait bénéficier d’une procédure de plan social, selon le site Channel news. Au final, le choix du tribunal apparaît comme le plus favorable à l’intérêt des salariés.

Dans cette procédure, GFI se trouvait notamment en concurrence avec les sociétés Alterup, Law informatique ou Osiatis.

Le prix payé par GFI s’élève à 2,9 millions d’euros. La SSII précise que les activités reprises sont profitables. En 2010, cet ensemble a généré un chiffre d’affaires de l’ordre de 32 millions d’euros. L'acquisition va permettre au groupe dirigé par Vincent Rouaix de se renforcer dans le secteur public et les retraites.

Cet épilogue ponctue la fin d'une société qui fut l'un des champions de la vente de serveurs et d'infrastructure. Avant sa descente aux enfers, Ares totalisait un chiffre d'affaires de 411 millions d'euros en 2007, pour plus de 2 000 salariés. (Source 01 net)