Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Carlyle prend le contrôle de Metrologic Group

Le fonds Carlyle lance une offre publique d'achat sur l'éditeur de logiciels de contrôle tridimensionnel Metrologic Group. L’acquisition sera réalisée par le biais de Tridimension Holding, société par actions simplifiée créée à l’occasion et contrôlée par Carlyle. Carlyle et les fondateurs actionnaires de Metrologic Group (Philippe Cimadomo, Gilles Bartoli et leurs familles) viennent d'annoncer la signature d’un contrat de cession en vue de l’achat par Carlyle de 61,77 % du capital de la société et de 71,15% des droits de vote, pour une valeur par action de 38€. ce qui valorise le groupe à 152M€.

Le fonds américain proposera aux actionnaires minoritaires de racheter leurs parts dans les mêmes conditions. Ces derniers pourront choisir entre le versement de 38 euros en numéraire (sans droit au dividende) ou de 22,50 euros avec droit au versement d'un dividende exceptionnel de 15,5 euros. C'est Bryan, Garnier & Co qui conseille les actionnaires fondateurs de Metrologic Group dans le cadre de la cession de leur participation.

Metrologic Group qui vend notamment ses logiciels aux industriels de l'aéronautique et de l'automobile, prévoit pour les trois années à venir une hausse de ses ventes de 9% à 10% par an. Celles-ci pourraient ainsi atteindre 35 millions d'euros pour l'exercice 2012/13. La société grenobloise a dégagé au cours de l'exercice achevé fin septembre un bénéfice net de 9,2 millions d'euros. Un tel résultat correspond à 34% du chiffre d'affaires, ce qui explique la valorisation du groupe. Le prix offert par Carlyle est en effet près de six fois supérieur au chiffre d'affaires annuel de la société (27,1 millions d'euros).

M. Cimadomo et l'équipe de direction réinvestiront de façon minoritaire au capital de la holding montée par Carlyle pour reprendre Metrologic. Ils conserveront aussi leurs fonctions au sein de l'entreprise. Si l'offre devait rassembler plus de 95% du capital et des droits de vote, Carlyle engagerait une procédure de retrait obligatoire de la cote. Dans cette hypothèse, les deux parties ont convenu du  versement d'un complément de prix, dont le montant n'a pas été chiffré mais qui serait "limité". (Source ITR News)