Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Le nom de domaine en .xxx fait ses débuts sur la Toile

Fin mars, l'Icann (1) donnait son aval à la création d'une nouvelle extension de nom de domaine générique sur la Toile, réservé aux contenus pour adultes, le .xxx, devenu une véritable Arlésienne au fil du temps. Le .xxx a fait ses grands débuts le week-end dernier, au même niveau que le .com, le .net ou le .org à la racine du Web, les premiers sites utilisant la très polémique extension ayant été mis en ligne.

Pour l'instant, on ne peut citer que les sites institutionnels icm.xxx et sex.xxx, lancé par ICM Registry, l'entreprise à l'origine de ce nouveau sponsored top level domain (ou sTLD, comme l'.aero, le .museum ou le .mobi) et qui en aura le monopole.

Un nom de domaine décrié dans l'industrie du porno : Le .xxx est censé manifester clairement que le site s'adresse aux adultes et qu'il s'engage à respecter certaines règles bien précises : micro-paiement sécurisé, absence de malware et de pédopornographie, respect de la propriété intellectuelle. Le prix d'acquisition de gros affiché est de 60 dollars par domaine, sachant que les registrars appliquent ensuite leurs marges. ICM Registry, sur Twitter, affirme avoir reçu 600 000 demandes de préenregistrement.

En soi, cela ne signifie pas grand-chose, d'autant que la spéculation sur les noms de domaine est chose courante (sex.com a été revendu fin 2010 pour 13 millions de dollars). Et beaucoup d'entreprises se sont dépêchées de réserver leur .xxx, afin d'éviter le cybersquatting, comme l'expliquait cet article de L'Expansion en juillet 2010. C'est la commercialisation effective qu'il faudra examiner pour savoir si le .xxx est un succès ou non. Ce qui est loin d'être gagné.

En effet, né dans la douleur, il suscite depuis longtemps l'ire de certains professionnels de l'adult entertainment, comme la Free Speech Coalition (FSC), qui représente l'industrie du X outre-Atlantique. Elle n'avait pas hésité à qualifier de bullshit (« connerie ») le .xxx, critiquant le risque de ghettoïsation et de censure, ainsi que l'appât du gain d'ICM (qui oblige les entreprises du secteur à réserver des noms de domaine dont elles n'ont pas besoin) ou encore ses mensonges (ICM revendique le soutien de l'industrie pornographique). La FSC appelait clairement, dans une campagne spéciale, à boycotter le nouveau nom de domaine, rappelant les risques liés à l'achat d'une telle extension. Notamment celui d'un blocage pur et simple par certains pays.

L'Inde compte boycotter le .xxx : L'Inde a ainsi annoncé, selon The Economic Times, son intention de bloquer les sites qui utilisent l'extension .xxx. « L'Inde et de nombreux pays du Moyen-Orient se sont déjà opposés à l'octroi de cette extension, et nous allons procéder au blocage de tout le nom de domaine, conformément aux lois indiennes », expliquait fin mars un responsable du ministère des Télécommunications cité par le quotidien. Un tel blocage fait débat dans ce pays.

D'autres pays membres du Government Advisory Commitee (le GAC, un comité consultatif de l'Icann dans lequel siègent les représentants des gouvernements) devraient aussi être vent debout contre le .xxx, et le bloquer. La FSC cite l'Allemagne et l'Australie. Cette instance s'est retrouvée, sur la question de la création de ce nom de domaine, en conflit avec l'Icann, qui était passé outre à son avis négatif, du jamais-vu...
(1) L'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, l'organisme chargé de gérer les noms de domaine. (Source 01 net)