Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Alerte sur un réseau d'échange de lait maternel sur Facebook

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé met en garde contre un groupe sur Facebook qui permet à des mères de proposer leur lait à d'autres.
Facebook permet de s'échanger des informations en tous genres. Mais cela va parfois bien plus loin. Sur le réseau social, le groupe « Human milk for human babies global network » (Réseau mondial du lait humain pour les bébés humains) permet aux mères de famille de discuter de ce sujet, mais aussi de proposer à celles qui ne parviennent pas à allaiter leur propre lait.

« Human Milk 4 Human Babies est un réseau international de chapitres régionaux favorisant l'accès au lait maternel pour les bébés et les jeunes enfants. Nous entretenons un espace non commercial dans lequel les femmes peuvent partager leur lait de manière sûre et éthique, et les familles peuvent faire des choix éclairés », indique la page française de Facebook, qui rappelle que le commerce d'éléments corporels est interdit.

Des risques sanitaires liés à cette pratique : Ce réseau d'échange de lait maternel fait aujourd'hui l'objet d'une mise en garde officielle de la part de l'Agence française de sécurité sanitaire de produits de santé (Afssaps). Dans un communiqué, l'organisme « met vivement en garde les personnes tentées par ces échanges de lait maternel sur le risque de transmission d’agents infectieux associé à cette pratique ».

« Aucun contrôle microbiologique et sérologique n’étant exercé a priori sur la donneuse lorsque le don est effectué en dehors des lactariums [centres de collecte, de traitement et de distribution du lait maternel, NDLR], le lait présente un risque pour l’enfant. Les bactéries peuvent provoquer des septicémies et des méningites chez le nouveau-né si ces germes sont ingérés en quantité importante dans le lait maternel. Des virus, transmissibles par le lait maternel peuvent aussi être présents, les plus fréquents étant [celui] de l'immunodéficience humaine (VIH), le virus T-lymphotrophique (HTLV), [ceux] des hépatites et de la rubéole », note l'agence. Qui souligne aussi les risques liés au non-encadrement du transport et de la conservation du lait échangé.

L'Afssaps estime qu'une telle pratique est une source de danger pour la santé des bébés et des jeunes enfants. Elle invite les mamans qui veulent donner ou recevoir à se rapprocher des lactariums agréés, les seuls autorisés à collecter et à distribuer du lait humain, en consultant notamment la liste sur le portail des Agences régionales de santé.

Pour l'instant, l'agence sanitaire n'a pas été en mesure de nous donner davantage de précisions sur ce dossier, notamment sur d'éventuels cas de maladies contractées en France à la suite d'un échange de lait maternel.  (Source 01 net)