Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

MySpace racheté par Specific Media et... Justin Timberlake !

La pop star a investi dans le réseau social en déroute pour tenter de le remettre à flot.
Justin Timberlake se serait-il pris pour Sean Parker, l'entrepreneur un peu fou qu'il incarne dans le film The Social Network ? Toujours est-il que la pop star s'est joint à la société de publicité en ligne Specific Media pour racheter MySpace. D'après un communiqué de la première, Justin Timberlake « jouera un rôle majeur dans le développement de la direction créative et la stratégie de l'entreprise pour aller de l'avant ».

La star aura donc un rôle décisionnaire dans le futur MySpace et s'est dit « excité à l'idée d'aider à revitaliser MySpace en utilisant sa plate-forme de média social pour réunir les artistes et les fans en une même communauté ».

News Corp sur le point de se séparer de MySpace : News Corp pourrait annoncer aujourd’hui la vente de son réseau social. Entre 150 à 160 postes pourraient être supprimés.

Alors que le numéro un des moteurs de recherche annonce le lancement de Google+, l’affaire tourne court pour celui qui fut l’un des pionniers des réseaux sociaux. En effet, MySpace est sur le point de changer de propriétaire. News Corp devrait annoncer ce mercredi 29 juin la vente de celui qui fut un temps l'une de ses pépites.

Le magnat de la presse Rupert Murdoch s’était offert le site Web 2.0 en 2005. Alors en pleine gloire, MySpace était passé sous le pavillon de News Corp pour 580 millions de dollars. Mais depuis, la plate-forme – très orientée musique et contenus numériques – s’est fait dépasser par Facebook. Et n’a cessé de perdre des parts de marché, malgré diverses tentatives de repositionnement.

Une transaction à 35 millions de dollars ? Selon Reuters, deux acquéreurs potentiels seraient en course : Specific Media, un réseau publicitaire en ligne, et le fonds d’investissement Golden Gate Capital. La transaction devrait se faire pour moins de 100 millions de dollars. Bloomberg, citant une source proche du dossier, croit savoir que News Corp pourrait ne pas en tirer plus de 35 millions de dollars. Soit seize fois moins que son prix d’achat initial.

Par ailleurs, cette acquisition devrait s’accompagner de licenciements massifs. Entre 150 et 400 postes devraient être supprimés. (Source 01 net)