Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

L'affaire se complique pour l'homme qui voulait 50 % de Facebook

Facebook a des preuves indiquant que Paul Ceglia, l'homme qui réclame 50 % du réseau social, a créé de toutes pièces un faux contrat. Mais l'intéressé n'a pas encore dit son dernier mot...

Paul Ceglia est décidément un drôle de personnage. L’année dernière, cet homme dont personne n’avait jamais entendu parler lançait une procédure contre Mark Zuckerberg afin de récupérer ce qui à ses yeux lui revenait de droit. Soit pas moins de la moitié des parts de Facebook ! 

En effet, d’après Paul Ceglia, Mark Zuckerberg et lui auraient, en 2003, signé un contrat de travail un peu spécial. En échange d’un job de développement sur Streetfax, une entreprise lancée par P. Ceglia à l’époque, M. Zuckerberg devait lui céder la moitié des parts de son projet encore embryonnaire : Facebook.

P. Ceglia n’a pas attaqué sans preuve. Il a fourni plusieurs pièces qui prouveraient ses dires, notamment des échanges d’e-mails avec M. Zuckerberg. Mais au cœur de l’affaire, il y a bien entendu ce fameux contrat, lui aussi produit par P. Ceglia, mais que Facebook a toujours qualifié de faux, même si M. Zuckerberg a bien travaillé avec P. Ceglia sur Streetfax alors qu’il était encore à Harvard.

Or lundi 15 août 2011, les avocats du réseau social ont produit une pièce d’importance capitale, en mesure de clore définitivement le dossier : d’après Reuters, le contrat authentique a été découvert sur l’ordinateur de P. Ceglia. Et ce document ne fait nulle mention de Facebook, seulement de Streetfax. Le contrat original est notamment visible sur le site de Wired. Facebook va même plus loin et indique détenir la preuve que P. Ceglia a fabriqué le contrat mentionnant Facebook afin de nuire à M. Zuckerberg.

Paul Ceglia contre-attaque : Affaire classée ? Pas tout à fait. P. Ceglia n’a pas encore dit son dernier mot. A la suite de cette nouvelle, il a contacté un journaliste de Zdnet afin de donner sa version des faits. Et avance une histoire des plus rocambolesques. D’après lui, le contrat authentique découvert sur son ordinateur a été placé par Facebook après un piratage et n’est autre qu’un faux« photoshopé ». « Il a peut-être été placé par Zuckerberg lui-même », n’hésite-t-il pas à lancer dans un e-mail adressé au site.

Très sûr de lui, il s’adresse ensuite directement à M. Zuckerberg : « L’histoire se souviendra de toi comme du seul milliardaire à avoir perdu son empire à cause d’une image Tiff. » Il vient désormais de lancer un wiki pour se battre contre M. Zuckerberg : « Nous avons des preuves formelles que Mark ment et nous en cherchons des nouvelles, quiconque avec une expertise technique ou juridique qui pourrait nous aider à le clouer au sol pour de bon peut nous rejoindre sur paulcase.com […]. L’argent n’a jamais été mon intérêt dans cette affaire […] pour moi c’est le réseau qui est important », conclut-il.

Dans le cas, plus qu’improbable, ou Paul Ceglia sortirait gagnant de cette affaire, il pourrait pourtant prétendre être à la tête de 35 milliards de dollars. Drôle de bonhomme, on vous dit !  (Source 01 net)