Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Les huit travaux du Munci pour 2010

Traquer les dérives de l’offshore, dresser la liste noire des SSII les moins attrayantes, suspendre l’immigration économique en temps de crise… L’association professionnelle repart au combat.

Par Xavier Biseul 01netPRO

On ne peut plus continuer à évoluer sur un marché encore très cyclique alternant fortes remontées du chômage et difficultés de recrutement. » Pour Régis Granarolo, président du Mouvement pour une union nationale et collégiale des informaticiens (Munci), le temps est à l'action. Alors que 2010 se présente comme une année sociale explosive, la première association professionnelle de France avec ses 1 639 membres déclarés, sera sur tous les fronts.

Revue de détails de son plan d'action en huit points.

1. Créer un observatoire de l'emploi. Le Munci diffusera prochainement sa première cartographie du marché du travail. Appelé à devenir trimestriel, ce baromètre s'appuiera sur l'analyse d'une dizaine de milliers d'offres d'emploi issues des sites des jeudis.com, de l'Apec et de Pôle Emploi. Le but : évaluer les postes et les compétences recherchés et définir ainsi les besoins en formation.

2. Affiner les statistiques du Pôle Emploi. Finis les codes Rome 32321, 32331 et 32341 pour classifier les métiers IT. Le nouveau Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (Rome) du Pôle Emploi regroupe la profession autour de dix familles de métiers dont trois sont hors sujet : exploitation de systèmes de communication et de commandement, information géographique, information météorologique. Le Munci va demander la diffusion des chiffres des demandeurs d'emplois sur les seules « 7 familles » IT même si « l'impact de ce périmètre élargi est faible ».

3. Dénoncer les SSII où il ne fait pas bon travailler. Le Munci publiera à destination de ses adhérents une liste des SSII conseillées et déconseillées. Régulièrement remise à jour, cette liste sera dressée à partir des commentaires laissés sur les forums, les témoignages, les notations des sites d'évaluation mais aussi les analyses et observations de l'association professionnelle.

4. « Traquer » les dérives de l'offshore grâce à un site. Comme cela existe aux Etats-Unis, le Munci entend monter un site de tracking pour stigmatiser les prestataires et les donneurs d'ordres qui abusent de l'offshore. Il fera appel à la communauté des informaticiens et, au-delà, des « consommateurs citoyens ». Le recueil se fera de façon anonyme. Il pourrait s'agir d'un site partenaire hébergé à l'étranger... en offshore !

5. Interdire tout recours à l'offshore dans le secteur public. Le Munci va rédiger un article en ce sens à la classe politique. Il s'agira aussi de la sensibiliser à la délocalisation dans les services. « Lors des Etats généraux de l'Industrie, Christian Estrosi proposait l'instauration d'une prime à la relocalisation industrielle. Il faudrait aussi l'envisager pour les services », estime Régis Granarolo. Autre piste : instaurer des aides fiscales pour l'implantation de centres de services en régions.

Pour plus d’informations, consulter : http://pro.01net.com/editorial/513027/les-huit-travaux-du-munci-pour-2010/ 

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€