Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

MySpace supprime près de 50 % de ses effectifs

En difficulté, la filiale de News Corp. supprime 500 postes dans le monde. Ce pionnier des réseaux sociaux a perdu la bataille face à Facebook.

Un des pionniers des réseaux sociaux est mal en point. MySpace vient d'annoncer qu'il allait supprimer 500 postes dans le monde, soit 47 % de ses effectifs.

« Avec notre récent repositionnement comme destination de divertissement pour la génération Y [les moins de 35 ans, NDLR], nous avons un objectif beaucoup plus resserré, un produit largement simplifié et une plate-forme technologique à jour », a écrit Mike Jones, le directeur général de MySpace, dans un communiqué cité par l'AFP.

Au faîte de sa popularité, MySpace avait été acquis à l'été 2005 par News Corp., le groupe de Rupert Murdoch, pour 580 millions de dollars. Mais, dépassé par un petit nouveau en pleine ascension, Facebook, le site communautaire a perdu pied peu à peu. En juin 2009, MySpace annonçait déjà la suppression de 420 emplois.

Fin 2010, une nouvelle version du site a été inaugurée, recentrée sur la musique et la culture, pour tenter d'enrayer la fuite des internautes, grâce, entre autres choses, à une synchronisation avec Facebook et avec Twitter. A l'époque, Chase Carey, directeur d’exploitation de News Corporation, avait expliqué que la viabilité de MySpace serait jugée « en trimestres », et non en années.

Une restructuration liée au passé : Selon Mike Jones, cité par l'AFP, la cinglante restructuration actuelle est liée « à [son] activité passée, et ne reflète en rien la performance du nouveau produit ». Il met en avant les « plus de 3,3 millions de nouveaux comptes créés depuis la rénovation du site fin octobre, une augmentation de 4 % entre novembre et décembre du nombre de mobinautes utilisant le site sur leur téléphone portable (à 22 millions) ». MySpace revendique plus de 100 millions d'utilisateurs, dont la moitié aux Etats-Unis. Facebook, lui, affirmait avoir passé le cap des 500 millions l'été dernier.

Le numéro un du réseautage aurait enregistré un bénéfice de 355 millions de dollars lors des neuf premiers mois de 2010, pour un chiffre d'affaires de 1,2 milliard de dollars, selon une note de la banque Goldman Sachs. Celle-ci vient d'investir dans Facebook, dont la valeur est désormais estimée aux alentours de 50 milliards d'euros. Une « valorisation [qui] présente un petit air de déjà-vu, de ces bulles spéculatives des débuts d'Internet », confiait récemment Françoise Benhamou, professeur d'économie à l'université Paris-XIII, à Rue89.(Source 01net)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€