Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Les 6 grandes tendances 2012 pour le E-commerce

Alors que les marchés mondiaux de la vente de détail ont souffert en 2011, le commerce électronique a affiché une solide résilience, comme l'indiquent les chiffres du cabinet d'analystes ComScore : ceux-ci ont notamment montré une croissance à deux chiffres pour la période des fêtes de fin d'année, aux États-Unis.

Au cours des 12 derniers mois, le secteur du e-commerce a défié des conditions économiques difficiles et innové tant dans les modèles commerciaux que dans les pratiques d'achat, en partie grâce au développement continu de l'entreprenariat dans ce domaine.

En 2011, Rakuten a, à lui seul, attiré plus d'un millier de nouveaux vendeurs et fait progresser le chiffre d'affaires de sa place de marché au-delà de 13 milliards de dollars.

Une succession d'innovations techniques a transformé la relation client/commerçant, à commencer par le succès des Smartphones et des tablettes tactiles. Portée par la mobilité, la croissance du e-commerce ne montre aucun signe de ralentissement. Le cabinet JP Morgan estime que le commerce électronique mondial générera 963 Md$ de chiffre d'affaires en 2012.

Rakuten, l'une des trois premières entreprises de commerce électronique au monde (en valeur), qui a récemment fait l'acquisition du spécialiste du livre électronique Kobo, après avoir précédemment racheté play.com au Royaume-Uni, Buy.com aux États-Unis, PriceMinister en France, etc. a identifié six grandes tendances qui alimenteront la croissance du e-commerce en 2012.

Pierre Kosciusko-Morizet, Directeur Rakuten et PDG de PriceMinister estime que, "en 2011, nous avons à peine gratté la surface de ce que le commerce en ligne offre comme opportunités. Nous sommes sur le point de créer une communauté de shopping internationale, vivante 24h/24 et 7j/7. Au cours de l'année qui commence, les terminaux mobiles, le développement du haut débit mobile, et les services de shopping social vont étendre les marchés, ouvrant de considérables opportunités de croissance pour les commerçants de toutes tailles, et une liberté de choix sans équivalent pour le consommateur."

1.) La thérapie du T-Commerce et du M-Commerce pour la vente de détail :

En 2011, les terminaux mobiles dotés d'un navigateur Web ont transformé le commerce électronique, ouvrant un canal permanent vers le consommateur et créant des moyens innovants pour engager la relation, depuis les codes QR aux offres basées sur la localisation géographique.

En 2012, le m-commerce continuera de croître, accompagné par une forte émergence du t-commerce. Les fonctionnalités avancées des tablettes permettent de passer d'une expérience traditionnelle basée sur la recherche de bonnes affaires et la transaction, à une expérience de magasin virtuel, transformant le Web en une expérience presque tactile.

Ainsi aux Etats-Unis en au Japon, Rakuten a mis en place des cabines d'essayages virtuelles, pour améliorer la qualité du shopping enligne pour les utilisateurs. En effet, les consommateurs peuvent, via leurs tablettes, accéder à des vidéos de différents avis des consommateurs présents dans les magasins.

Mieux encore, le commerce mobile n'est pas réservé aux grandes enseignes disposant de budgets élevés : Grâce aux services d'affiliation et aux places de marché telles que celle de Rakuten, les commerçants, grands comme petits, peuvent mettre à profit le canal mobile sans avoir à supporter d'importants coûts d'infrastructure.

Gartner estime que, d'ici 2013, les terminaux mobiles intelligents seront plus nombreux que les PC, avec plus de 1,8 milliard d'appareils. Pouvoir adresser 1,8 milliard de consommateurs est une opportunité que les commerçants ne peuvent pas rater.

2.) Le commerce traditionnel, en mode Cloud :

La frontière qui sépare les mondes physique et virtuel devient de plus en plus floue alors que les commerçants mélangent leurs offres numériques et traditionnelles. C'est ce qu'illustrent les services de numérisation de code-barres, tels que ShopSavvy. Ils aident les utilisateurs à dénicher les meilleures affaires en leur permettant de numériser un code-barres pour trouver les meilleurs prix en ligne.

Mais ces applications représentent un défi : elles n'apportent rien au magasin dont les linéaires ont permis d'initier l'acte d'achat. Pour éviter la cannibalisation des détaillants traditionnels, nous pensons qu'un nouveau système doit émerger en 2012 ; un système qui récompense à la fois l'écosystème physique et l'écosystème virtuel.

3.) Faire son shopping avec son réseau social :

Prendre l'avis de proches avant de procéder à un achat n'a rien de nouveau. Mais au lieu d'emmener un ami courir les magasins avec soi, c'est l'intégralité de son réseau social qui peut désormais nous accompagner. Les commerçants sont de plus en plus conscients du pouvoir des "fans".

Les réseaux sociaux seront partie intégrante de l'évolution du e-commerce en 2012. Les données présentées en juillet dernier par Hitwise indiquaient qu'un fan Facebook équivalait alors en moyenne à 20 visites supplémentaires d'un site Web de détaillant, sur un an. Les commerçants utilisent désormais les réseaux sociaux non seulement pour développer leur image de marque, mais également pour le développement de produits et le service client.

La fonction ShopTogether de Rakuten permet à tous les commerçants de capitaliser sur les services sociaux en permettant aux utilisateurs de la place de marché de Rakuten d'inviter des amis à découvrir de nouveaux produits et à en discuter en direct, tout en consultant la page Web d'un produit.

4.) Des communautés d'acheteurs sans frontière :

2012 verra fleurir les e-places de marchés locales globales En 2012, les e-marketplaces internationales vont donner aux vendeurs de toutes tailles et du monde entier l'opportunité d'étendre leurs activités, sans avoir à supporter les coûts traditionnellement associés à la mise en œuvre de modèles de distribution locale, au stockage, etc.

Les vendeurs pourront toucher des communautés d'acheteurs internationales et leur dédier des ressources suivant la demande réelle. Cela ouvrira des opportunités dans les marchés émergents tels que la Chine, l'Inde et le Brésil.

Fin 2011, Rakuten a organisé un sondage pour mesurer l'intérêt des consommateurs à pouvoir acheter en ligne des produits du monde entier. Cette étude a révélé un intérêt prononcé. Au Brésil, qui arrive en tête, 81 % des consommateurs se déclarent attirés par l'idée de pouvoir acheter en ligne sur différents marchés. Ils sont suivi des consommateurs indonésiens (77 %), thaïlandais (74 %), chinois (69 %), et espagnols (66 %).

5.) Des modèles de livraison flexibles :

Selon un rapport du cabinet Forrester, publié en janvier 2011, les problèmes de livraison sont les principales raisons d'abandon de commande en Europe. Il est vrai qu'Internet a créé une place de marché mondiale, mais les préférences d'achat spécifiques à chaque marché doivent être prises en compte.

Par exemple, en Indonésie, les consommateurs sont fortement réticents à payer en ligne. Pour contourner cela, Rakuten a mis en place un modèle de livraison s'appuyant sur des coursiers à vélo locaux chargés de collecter le règlement du consommateur.

En 2012, des modèles d'achat flexibles seront essentiels à la croissance, comme l'a montré la popularité croissante du phénomène click & collect, qui a compté pour 10,4 % des ventes en ligne au Royaume-Uni durant cette période de Noël, selon l'IMRG.

6.) Le shopping en ligne devient personnel :

En 2012, les vendeurs vont chercher à capter l'attention des consommateurs constamment bombardés d'informations : ils vont ainsi donner un nouveau sens au vieil adage qui prétend que « celui détient l'information, détient le pouvoir ».

Aujourd'hui, les vendeurs en ligne peuvent acquérir une énorme quantité d'information, non seulement sur les acheteurs fidèles mais aussi sur les acheteurs potentiels en se contentant de consulter leurs habitudes de navigation.

En 2012 l'échange de données entre les vendeurs et les réseaux sociaux va générer de nouveaux modèles économiques, qui enrichiront la base de connaissance des vendeurs. La partie la plus stratégique reste comment l'équipe marketing peut traduire ce flux d'information afin de créer une communication pertinente et constante avec les consommateurs. La génération Web est déjà lasse d'un excès de campagne publicitaire.

L'enjeu pour 2012 et au-delà, consistera pour les revendeurs en ligne à identifier comment engager le consommateur via des campagnes opportunes et personnalisées en exploitant les données avec pertinence. (Source Info DSI)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€