Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Les solutions de gestion de risques se transforment en boîtes à outils

L’Amrae vient de publier son quatrième panorama des solutions de gestion de risques et confirme la tendance à proposer des solutions personnalisables.

Ce qui n’était l’an dernier qu’une tendance se confirme cette année : les solutions paramétrables sont à l’honneur dans les systèmes d’information de gestion des risques (SIGR). C’est en tout cas ce qui ressort du quatrième panorama réalisé par l’Amrae (Association pour le management des risques et des assurances de l'entreprise).

« Les utilisateurs ne veulent plus d’applications qui ne leur sont pas réellement utiles », explique François Beaume, responsable du département gestion de risques chez Dalkia. Une évidence en soi, mais qui ne s’est pas toujours retrouvée dans les solutions proposées sur le marché.

Notons que la gestion de risques est une discipline encore très jeune. Issue du monde de la finance, elle n’est véritablement entrée dans le vocabulaire de l’entreprise que depuis cinq ans. Les offres évoluent en conséquence au sein d’un marché réparti entre courtiers d’assurances (qui ont leurs propres applications) et éditeurs spécialisés.

En outre, « les clients ont également évolué en compétence. Leurs demandes sont, de fait, beaucoup plus précises », précise Julien Schwartz, expert en gestion de risques chez Accenture.

Des applications modifiables : D’autre part, la notion même de paramétrable a évolué en un an. Jusqu’ici il s’agissait plus de développements spécifiques et exclusifs réalisés par l’éditeur. L’opération, qui nécessite une certaine connaissance technique de l’outil, implique pour l’entreprise de dégager des ressources en temps et en compétences, ce dont elle ne dispose pas forcément.

« Autre écueil, ces solutions ne sont plus modifiables après déploiement », ajoute Julien Schwartz. Elles doivent donc être paramétrables, mais également évolutives.

Pour répondre à cette demande récente, certains développeurs ont intégré un autre niveau de personnalisation, réalisable cette fois par l’administrateur fonctionnel de la solution.

« C’est une grosse évolution, mais qui n’est pas encore répandue chez tous les éditeurs », précise François Beaume. De façon générale, les solutions se basent sur un mélange de données issues de normes et d'autres connaissances liées au métier du risque.

Un paramétrage qui offre plus de souplesse : Pour sortir de ces motifs fonctionnels figés, il est possible, avec ce niveau supplémentaire de paramétrage, « d'intervenir sur le planning des auditeurs, la priorisation des missions, les constats… Nous pouvons gérer des arborescences d’actions regroupées au sein de plan d’actions assignées à des personnes différentes », explique Julien Schwartz.

Autre souplesse utile : la modification d’un workflow en cours de projet. Les solutions de gestion des risques tendent donc à se transformer en boîtes à outils. On notera cependant que les courtiers restent sur des configurations standards dans leurs offres, préférant garder la main.

Enfin la couverture des axes fonctionnels continue de s’élargir.

« Le projet d’acquisition d’un SIGR concerne de plus en plus de départements de l’entreprise. Ceux-ci ont pour habitude de travailler chacun sur un outil différent. S'ils passent tous par le même, il sera possible de rationnaliser et de répondre aux demandes urgentes émanant de la direction générale », conclut Julien Schwartz. (Source 01 net)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€