Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Les responsables informatique reconnaissent les bénéfices du BYOD mais ne mettent pas souvent en place une politique adaptée

Les responsables informatiques reconnaissent les bénéfices du BYOD (Bring Your Own Device) mais s’inquiètent de la méconnaissance de ses risques par les employés, constate BT qui vient d'enquêter auprès de 2 000 utilisateurs et responsables.

Ce n'est pas tout. Les entreprises ne semblent pas prêtes pour le BYOD, comme le confirment les résultats d’une deuxième étude, menée cette fois par Forrester sur le thème de la consumérisation et que vient de dévoiler Trend Micro. 75 % d'entre elles ont relevé le défi de la consumérisation en mettant en place des politiques d’adoption du BYOD (Bring Your Own Device) mais pas forcément avec une politique bien adaptée...

Plus de 80% des responsables informatiques pensent qu’une entreprise avec une politique de Bring Your Own Device (BYOD) bénéficie d’un avantage concurrentiel, selon une étude commanditée par BT et réalisée dans onze pays et dans des secteurs d'activité différents.

L’étude, qui a évalué les tendances d’utilisation des ordinateurs portables, tablettes et smartphones des employés sur leur lieu de travail, révèle que plus de quatre entreprises sur cinq ont indiqué qu’elles autorisaient déjà le BYOD ou le feront dans les deux prochaines années, et 60% des employés déclarent être déjà autorisés à connecter leurs appareils personnels au réseau de leur entreprise.

L’étude souligne également l’optimisme des employés et décideurs quant aux opportunités que présente l’utilisation croissante des équipements personnels sur les réseaux d’entreprise : 64% des responsables informatiques considèrent qu’une politique favorable au BYOD permet aux employés d’être plus productifs. 48% d’entre eux pensent que l’adoption du BYOD offrira plus de flexibilité aux employés, et 47% indiquent que cela aidera les employés à mieux servir les clients. Ce sentiment est partagé par les employés, qui sont 42% à penser que l’utilisation de leurs propres appareils dans le cadre professionnel permet d’accroître leur efficacité et leur productivité.

Malgré ces avantages, les responsables informatiques sont préoccupés. Seulement 10% d’entre eux pensent que les utilisateurs de BYOD sont conscients des risques, et moins d’un sur cinq pense que ces mêmes utilisateurs comprennent les permissions d’accès relatives à leurs appareils mobiles.

Et il semble que les appréhensions des responsables informatiques soient justifiées : parmi les employés qui utilisent leur propre appareil dans le cadre professionnel, un sur trois estime que cette pratique ne comporte aucun risque, et ils ne sont que 25% à reconnaitre la menace importante que le BYOD représente pour la sécurité informatique de leur entreprise.

Selon Neil Sutton, Vice Président Global Portfolio de BT Global Services, « On ne peut pas le nier, le BYOD est aujourd’hui répandu et apporte des opportunités sans précédent aux entreprises, mais aussi de nouvelles menaces. Le nouveau périmètre est beaucoup plus large, définit par les appareils personnels des employés, les clouds et les extranets. Le risque d’abus et d’attaque s’est multiplié en même temps que l’expansion massive du BYOD. »

« Pour surmonter ces difficultés, les entreprises doivent avoir une stratégie claire et réunir les outils appropriés pour l’implémenter. Elles doivent aussi croire en cette politique et établir des procédures qui sont comprises de tous les employés et auxquelles ils adhèrent. La sécurité informatique a toujours concerné l’association des employés, des politiques, des procédures et des technologies. Cette association est encore plus cruciale dans un environnement de BYOD. »

39% des entreprises ont déjà connu des failles de sécurité en raison de l’utilisation d’appareils personnels non autorisés, et ce plus fréquemment dans les secteurs des biens de grande consommation et pharmaceutique.

Plus de quatre décideurs informatiques sur cinq (83%) pensent que la fourniture d’un accès aux systèmes informatiques de l’entreprise 24h/24, 7j/7 à des employés de plus en plus nomades est dorénavant la plus importante menace à la sécurité informatique de l’entreprise.

« Alors que la pression liée à l’autorisation du BYOD est élevée, les décideurs informatiques doivent répondre à une multitude de contraintes avant de mettre en place une politique de BYOD. La sécurité est la priorité la plus importante, comme l’indiquent 73% des responsables informatiques qui ont du faire face aux défis de sécurité liés au BYOD, » ajoute Neil Sutton.

Les entreprises sous-estiment les risques de la mise en place du BYOD : L'étude réalisée en Avril 2012 auprès de 200 entreprises aux Etats-Unis (plus de 1000 salariés), au Royaume-Uni, en France et en Allemagne (plus de 500 salariés) met en exergue les pressions majeures qui pèsent sur les services informatiques des entreprises, ainsi que les vecteurs de croissance et les défis associés au phénomène de consumérisation.

Dans ce contexte et face à l’urgence de la situation, toutes les entreprises n’ont semble-t’il pas pris le temps d’appréhender les conséquences d’une politique mal adaptée en matière de BYOD.

La moitié (60 %) des entreprises interrogées a déjà mis en place ou prévu de lancer au cours des douze prochains mois un programme BYOD pour smartphones et autres terminaux mobiles tels que les tablettes (47 %). Un peu moins de la moitié d’entre elles (46 %) ont consigné leur programme de manière formelle, encore faut-il que les collaborateurs acceptent de lire et de signer un document officiel à ce sujet.

Plus inquiétant encore, l’étude dévoile que le contenu et la portée de ces programmes apparaissent la plupart du temps insuffisants, certaines problématiques comme la sécurité, le risque et la restauration des données étant généralement négligées.

Environ un tiers seulement des entreprises se sont livrées à une évaluation des conséquences sécuritaires liées à l’adoption du BYOD (34 %) ou ont développé une politique mobile pour protéger l’utilisation des données et applications d’entreprise (37 %). Même constat concernant les sociétés ayant modifié leurs modalités de remboursement pour les forfaits téléphoniques (31 %) et les forfaits de téléchargement de données (32 %).

« Il semblerait que les entreprises soient de plus en plus nombreuses à miser sur l’adoption du BYOD, mais peu d’entre elles ont formalisé des dispositifs liés à l’implémentation de programmes adaptés », explique Cesare Garlati, Directeur de la Consumérisation chez Trend Micro. « Pour que ces programmes soient adoptés de manière transversale, leurs dispositions doivent s’appliquer à tous les départements de l’entreprise et certains éléments critiques tels que la sécurité, la protection des données et la confidentialité doivent être clairement pris en compte. »

L’étude Forrester fait également ressortir un ensemble de facteurs ayant motivé le lancement de programmes BYOD. A commencer par la hausse de la productivité des collaborateurs (70 %), l’accès aux données d’entreprise pour les collaborateurs travaillant à distance (63 %) et la possibilité pour les salariés d’utiliser leurs appareils mobiles personnels (smartphones et tablettes) à des fins professionnelles (52 %). (Source IT Channel)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€