Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Le m-commerce bouleverse profondément le commerce traditionnel et les modèles d'achats des consommateurs

 

Avec la démocratisation des smartphones et des tablettes, les consommateurs sont de plus en plus enclins à utiliser un appareil mobile pour rechercher, localiser et acheter en ligne ou dans des magasins avec pignon sur rue des produits et services. La diversité des profils et des parcours des consommateurs est un réel défi à relever pour tous les commerçants, indique une étude Tradedoubler, notamment ceux qui n’ont pas encore franchi le cap du m-commerce.
 
« Cette étude représente un coup de semonce pour toutes les entreprises qui croient encore qu'une stratégie de m-commerce est plus un luxe qu'une nécessité », déclare Urban Gillström, CEO de Tradedoubler.
 
« Les consommateurs s'attendent de plus en plus à une expérience transparente, multitouche et multicanal sur toutes les plates-formes mobiles, en ligne et en magasin. L'avenir appartient aux annonceurs qui sont en mesure de répondre à cette attente, mais il peut être difficile pour eux de savoir par où commencer. Non seulement, nous avons entrepris cette étude dans le cadre de notre engagement à créer une plate-forme de marketing d'affiliation et d'analyse mobile leader pour nos clients, mais aussi à aider les entreprises du secteur à mieux comprendre comment aborder le m-commerce ».
 
L'enquête Tradedoubler a été réalisée par Forrester Consulting, auprès de plus de 2 000 utilisateurs de smartphones en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et en Suède. Il en ressort que l'accès aux informations sur les produits, aux coordonnées des magasins, aux offres locales, aux codes promotionnels, aux sites comparatifs, lecteurs de codes à barres, aux avis sur les produits et historiques des commandes par le biais des appareils mobile, rend l'approche traditionnelle de l'achat en magasin de plus en plus désuète.
 
Dans les quatre pays sondés, plus de 71 % des personnes possédant un smartphone l'utilisent pour effectuer des recherches en vue d'un achat et plus de la moitié (53 %) pour acheter des produits et services autres que des téléchargements. En ce qui concerne les tablettes, les résultats de l'enquête mettent en évidence l'immense pouvoir de cette nouvelle plate-forme : 40 % des utilisateurs s'en servent pour effectuer des recherches en vue d'un achat et 33 % pour effectuer un achat. La tablette est également en tête des dépenses les plus élevées via mobile : 230 € en moyenne, contre 140 € sur les téléphones mobiles.
 
De nouveaux débouchés commerciaux :
La « portabilité » des appareils mobiles permet d'effectuer des recherches et d'acheter à tout moment et n'importe où. La présence d’utilisateurs d’appareils mobiles en magasin ne garantit néanmoins pas aux commerçants d’effectuer des ventes pour les commerçants : 42 % des utilisateurs comparent les prix et 13 % disparaissent du magasin après avoir repéré une offre plus attractive ailleurs. Les offres locales ou les bons d'achat aident toutefois à capter l'attention de 20% des acheteurs potentiels. Dans l'ensemble, 25% des sessions de recherche mobile se terminent par un achat sur le téléphone lui-même.
 
Sites Web optimisés pour les appareils mobiles :
la simplicité et la pertinence sont essentielles : Il ressort également de l'étude que la pénurie de sites optimisés pour les appareils mobiles (sites clairs, adaptés, réactifs et faciles à parcourir) est un casse-tête pour plus de 30% des consommateurs européens. Un quart (26 %) ont déclaré qu'ils utiliseraient leur appareil mobile plus fréquemment pour effectuer des achats si les sites Web étaient optimisés pour le faire.
 
La culture compte :
Selon l'étude, au Royaume-Uni, les personnes achetant sur mobiles sont nombreuses, mais généralement plus frustrées (50 %, contre une « frustration » moyenne de 33 % pour l'Europe), tandis que 38% des utilisateurs en France estiment gagner du temps en achetant sur un appareil mobile. Les consommateurs allemands estiment de leur côté que l'achat sur un appareil mobile n'est pas différent de celui effectué sur un ordinateur (44 %) et les consommateurs suédois sont les plus susceptibles d'utiliser leur téléphone mobile dans un magasin. Ces différences nationales ont de profondes implications pour les annonceurs qui cherchent à développer des offres mobiles et des programmes d'affiliation optimisés pour le commerce international.
 
Les principaux obstacles :
la protection des informations personnelles et la sécurité : Les préoccupations des consommateurs autour de la confidentialité des données et de la sécurité des paiements sont des obstacles importants qui doivent être surmontés pour que le m-commerce soit largement accepté en Europe. Près de la moitié des personnes interrogées dans les quatre pays sondés sont préoccupées par la sécurité de l'appareil mobile en tant que plate-forme de paiement, mais 42 % des personnes possédant un smartphone sont prêtes à l'utiliser comme portefeuille mobile, le cas échéant.
 
« Cette étude montre qu'il est important pour les commerçants de connaître leur audience pour élaborer une stratégie mobile, notamment l'appareil que les consommateurs utilisent, leur situation géographique ainsi que leurs centres d'intérêt et leurs aspirations. Ces informations leur permettent de traiter des aspects importants, tels que l'expérience utilisateur et les préoccupations en matière de confidentialité et de sécurité, et d'établir des bases solides pour les produits et services de nouvelle génération qui sont contextuellement pertinents, qui tiennent compte de la situation géographique et qui sont personnalisés intelligemment », déclare Elaine Safier, directrice commerciale de Tradedoubler. (Source ITR Mobiles)

 

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€