Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Vinci va déployer les outils de collaboration Office chez 90.000 utilisateurs

Trois chantiers feront converger l’ensemble des SI du groupe : annuaire, architecture réseau et outils collaboratifs. L’offre Microsoft a été retenue car elle fonctionne à la fois en hébergé et à demeure.

Le groupe Vinci a été invité à la conférence de rentrée de Microsoft pour annoncer son choix de la suite collaborative de l’éditeur. Réparties dans 120 pays sur six entités différentes, les activés du groupe Vinci sont très dispersées.

« Or les projets sont de plus en plus complexes, et, pour pouvoir répondre aux appels d’offres, les équipes de différentes unités ont besoin de travailler beaucoup plus ensemble », explique Bruno Lepety, DG délégué de Vinci Construction. Sans compter que le groupe s’est construit par acquisitions, et que les six branches ont fait évoluer leur SI différemment.

Un fonctionnement hybride indispensable : Décision a donc été prise en 2011 de donner plus de cohérence à l’ensemble. Trois chantiers ont été lancés pour faire converger l’ensemble des SI du groupe. Le premier concerne l’annuaire, pré requis indispensable à la mise en place d’une solution de collaboration efficace. Le deuxième s’attaque à l’architecture réseaux avant que le troisième ne planche sur la collaboration (messagerie électronique, communication unifiée, partage de documents et réseau social).

Pour le choix de l'outil, une consultation des trois éditeurs principaux du marché a été réalisée sur deux mois : IBM, Google et Microsoft. C’est ce dernier qui a finalement été sélectionné pour plusieurs raisons. D’abord, « côté communication unifiée, l’offre de Microsoft, Lync, était la plus mature, avance Bruno Lepety. Par ailleurs, même s'ils sont plus lents à mettre en œuvre, les outils de Microsoft sont plus souples que ceux très centralisés de Google. »

Enfin, les équipes de Vinci avaient besoin du mode hybride (mélange de serveurs dans l’entreprise et de solution Saas – Software as a Service – hébergée). Le pôle énergie avait, par exemple, déjà commencé  sa bascule sur l’offre en ligne Office 365, tandis le pôle construction préfère conserver les outils en interne. Et pour cause, « certains clients, comme dans la défense, nous demandent des serveurs dédiés, et certains pays, notamment en Afrique, auraient des difficultés à passer au cloud », précise Bruno Lepety. La possibilité de mettre en place une architecture hybride était donc indispensable.

Un projet de longue haleine : Si le déploiement de certains projets a déjà commencé localement, comme celui de Lync au pôle énergie, d’autres n’en sont encore qu’à l’état de test comme Sharepoint 2013. Le déploiement global ne sera finalisé que fin 2013. Chaque entité prend à sa charge les coûts de migration : certaines sont déjà sous technologie Microsoft quand d’autres utilisaient plutôt de l'IBM. Au final, ce sont 90 000 utilisateurs qui travailleront sur des outils collaboratifs Microsoft. (Source 01 net)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€