Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Oracle veut en découdre avec Salesforce sur le Saas

[Oracle OpenWorld 2012] Oracle enrichit son cloud public d’une offre Iaas (Infrastructure as a Service) et d’une multitude de fonctions Saas (Software as a Service).

Cette fois, ça y est : Oracle veut battre Amazon, Microsoft et Salesforce dans le domaine du cloud. Amazon, car le jusque-là modeste cloud public d’Oracle, qui n’offrait qu’un support applicatif d’appoint pour les développeurs de logiciels Java, sait désormais héberger des machines virtuelles et du stockage de données (Infrastructure as a Service, ou Iaas).

Microsoft, car comme Azure, le cloud d’Oracle, donne déjà aux éditeurs l’accès à des services d’infrastructure (Platform as a Service, ou Paas), à savoir le moteur applicatif Java et la base de données SQL. Mais, demain, arriveront en plus des services de mobilité, de collaboration et de magasin en ligne.

Comme Salesforce, mais en mieux : Le concurrent à abattre est surtout Salesforce. Larry Ellison, le patron d’Oracle, revendique être à présent « le plus important éditeur d’applications Saas, ou Software as a Service. », un titre qui collait jusqu'à présent à Salesforce. Aux ERP, CRM et autres SIRH déjà exécutables en ligne, Oracle ajoute aujourd’hui à son catalogue Saas des logiciels financiers, de Business Intelligence et de marketing par le réseau social.

« Nos nouveaux services vont permettre aux entreprises de mener automatiquement des campagnes sur les réseaux sociaux, mais aussi de les sonder pour avoir en temps réel une image efficace de leur marché. Les fonctions de réseau social sont désormais accessibles à tous nos services Saas, y compris pour aider les développeurs à mieux collaborer », a déclaré Larry Ellison, en faisant sienne une stratégie dessinée quelques semaines auparavant par Salesforce, lors de son salon Dreamforce 2012.

Enfin, Larry Ellison n’a pas eu de mots assez durs pour son concurrent. Pêle-mêle, il a lancé : « Salesforce base son cloud sur la base de données Oracle, mais ils offrent la base PostgreSQL à leurs clients (...). Ils proposent aux développeurs d’écrire des applications pour le moteur Java Heroku, mais ce n’est pas celui qu’eux-mêmes utilisent (...). Chez Oracle, au moins, nous nous servons des plates-formes logicielles que nous mettons en ligne. »

Dix fois moins d’abonnés : Basé sur le modèle de la souscription mensuelle, le cloud d’Oracle compterait actuellement 10 000 entreprises abonnées dans le monde, lesquelles totaliseraient 25 millions d’utilisateurs. Parmi ceux-ci, 39% utiliseraient les services de SIRH et de gestion des talents, 38% ceux de CRM (commerciaux et marketing) et 23% ceux de progiciels de gestion. Larry Ellison espère que ces chiffres gonfleront rapidement, dans le sens où des prestataires peuvent héberger des cloud compatibles Oracle, avec le même portefeuille applicatif, en installant  simplement chez eux les nouveaux serveurs Exalogic X3-2.

Pour sa part, Salesforce revendique 100 000 entreprises abonnées dans le monde, mais ne précise pas combien de personnes utilisent ses applications Saas. (Source 01 net)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€