Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Apple pourrait abandonner les processeurs Intel

Adieu Intel et bonjour... C'est ce qu'Apple aurait envisagé, et envisage peut-être toujours pour ses Mac, selon Bloomberg. Des pistes de réflexion pour continuer à produire des ordinateurs légers, autonomes et qui se distinguent de la concurrence.

Un article du site Bloomberg Businessweek, qui liste les axes de réflexion et d’action de Tim Cook pour s’affirmer dans une ère post-Steve Jobs, rapporte que deux sources lui ont indiqué qu’Apple aurait réfléchi à abandonner les puces Intel pour ses Mac. Ce qui fait d’ailleurs écho à une vague de rumeurs née de l’après lancement du MacBook Air.

Evidemment, le mouvement ne serait pas imminent et ne se ferait pas sans mal. En revanche, comme le dit l’article, il lui permettrait de se distinguer à nouveau de la concurrence, puisque, au-delà de l’OS, de l’ingénierie et du design, les Mac sont des PC presque comme les autres.

L’amour du RISC : Evidemment, il semblerait peu probable qu’Apple abandonne Intel pour se jeter dans les bras d’AMD. Il faudrait donc aller chercher ailleurs que dans l’univers x86, abandonner le CISC pour le RISC et donc se tourner vers les plates-formes ARM.

On sait que depuis le rachat de PA Semi, en 2008, Apple a de fortes connaissances et compétences dans le domaine, comme le prouve le design maison du dernier Apple A6. On sait également que Qualcomm a présenté en début d’année des processeurs destinés à s’ébattre dans des ordinateurs portables, comme le SnapDragon S4 gravé en 28 nm. ARM Holdings indiquait par ailleurs en juin dernier viser les 20 % de parts de marché sur les portables d’ici à 2015.

L’idée de voir un MacBook Air mu par un processeur ARM pourrait donc tenir la route, ce qui est plus discutable pour la gamme des portables pros et les iMac, sans même parler des Mac Pro.

Il faut également garder en tête que l’abandon total ou partiel de la plate-forme x86 impliquerait toutefois une version de Mac OS X spécifique. Comme il y aura une version de Windows 8 spécialement taillée pour les tablettes ARM.

Encore trop d’incertitudes et peu d’intérêt ? Pour autant, si la force des processeurs ARM est leur faible consommation d’énergie, Intel a su faire des progrès dans ce domaine récemment, suffisamment en tout cas pour se lancer sur le marché des smartphones, chasse gardée des puces ARM jusqu’à il y a peu. Et, suffisamment encore, pour que le PDG d’Intel déclarent en mai dernier : « Notre objectif est de faire en sorte qu’Apple sache que notre silicium est très performant, qu’il pourrait faire mieux fonctionner le Mac ou qu’il peut améliorer l’iPad. »

Mais, au-delà du débat technique entre les deux types d’architecture, les puces ARM ont un point faible. Les gros concepteurs de puces ARM, comme Qualcomm, connaissent régulièrement des pénuries de production, qui pourraient bien évidemment empirer si les champs d’application de cette architecture devaient grandir.

En définitive, l’histoire nous a déjà prouvé, lors du passage des PowerPC aux puces Intel qu’Apple n’avait pas peur de sauter un pas technologique. Reste à savoir si cette option sera considérée avec sérieux et si oui, si elle s’accompagnera des garanties nécessaires au développement de produits de masse comme les conçoit Apple. (Source 01 net)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€