Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Des marchés informatiques truqués dans les Hauts-de-Seine

Les achats informatiques de 87 collèges ont été volontairement « saucissonnés » pour éviter la mise en concurrence. Huit hommes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Nanterre.

Trois anciens fonctionnaires du conseil général des Hauts-de-Seine (92) et cinq entrepreneurs ont comparu devant le tribunal correctionnel de Nanterre dans le cadre d'une affaire de marchés publics truqués liée à l'informatisation des collèges du département. Les prévenus sont soupçonnés d'avoir participé de 1995 à 2000 au « saucissonnage » de procédure de marchés publics qui visaient à équiper en ordinateurs les 87 collèges du département.

L'un des prévenus, 56 ans, principal prestataire du conseil général dans l'affaire, est poursuivi pour abus de biens sociaux et recel ainsi que corruption et faux. La justice lui reproche ses liens avec un autre prévenu, 56 ans également et ancien ingénieur informatique du conseil général, chargé de choisir les fournisseurs et de donner son avis sur les devis. Ce dernier aurait « fractionné » les commandes pour rester en dessous du seuil de 46 000 euros et éviter ainsi une mise en concurrence. Il les aurait ensuite réparties vers des sociétés dirigées par le prestataire ou par son entourage professionnel voire amical.

Des cadeaux pour services rendus : Ses deux collègues, également poursuivis, auraient cautionné le système. En échange, le prestataire aurait procédé à des surfacturations pour faire des « cadeaux » pour service rendu à l'ingénieur informatique.

« Je me suis aperçue que derrière toutes ces sociétés se cachait un seul et même homme », a affirmé lundi à l'audience une ex-employée du conseil général, partie civile, qui a dénoncé les faits en 2000 après avoir découvert l'existence de « fausses factures ».

A la barre, cette femme a dit avoir été victime de « pressions » et de « harcèlement » de la part de sa hiérarchie et du prestataire. « Si je parlais et si je dénonçais son système comptable, ils m'ont dit qu'ils me pourriraient la vie », a-t-elle affirmé, évoquant un échange houleux avec ce dernier.

Selon Me Olivier Schnerb, avocat du conseil général, partie civile, ce dossier fait partie du « grand nettoyage lancé par Patrick Devedjian » à son arrivée à la tête de l'assemblée départementale en 2007. Il avait déclaré en 2008 vouloir « nettoyer les écuries d'Augias » en référence à la gestion passée des Hauts-de-Seine. (Source 01 net)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€