Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Assurer son téléphone mobile : l'arnaque ?

Les offres d'assurance de téléphonie valent-elles vraiment le coup ? Une enquête de l'UFC-Que Choisir tend à montrer que non. 

Primo, l'association de consommateurs indique que les vendeurs s'emballent toujours, lorsqu'ils présentent ces offres d'assurance et qu'ils surestiment très souvent le niveau des garanties. Les exclusions, en revanche, ils n'en parlent pas.

"La présentation de ces assurances par les vendeurs et les brochures, est au mieux lacunaire au pire trompeuse" estime l'UFC-Que Choisir. Le document ou la brochure est d'ailleurs remis au client sans qu'il puisse prendre le temps de la lire correctement. Un grand classique.

Secundo, l'examen des différents contrats d'assurance révèle que les pertes et les pannes sont rarement couvertes. Quant au vol, il n'est correctement couvert que lorsqu'il y a violence ou effraction. Des cas, heureusement, minoritaires. Et pour les dommages, il faut un forcément une "cause extérieure" permettant d'expliquer les dégâts occasionnés. Difficile dans ces cas-là de se faire indemniser correctement.

Tertio, la rétractation et la résiliation sont de véritables galères. Comme pour l'abonnement mobile, ces contrats engagent les clients sur la durée, sans qu'ils aient la possibilité de comparer avec d'autres offres. Il apparaît d'ailleurs qu'aucune possibilité légale de rétractation n'existe pour la souscription en magasin. Attention donc.

Et pour la résiliation, c'est la même histoire, puisque la loi Chatel ne s'applique pas non plus. Les clients ont donc a du mal à sortir de ces contrats alors que leur pertinence sur le long terme laisse franchement à désirer, étant donné la rapide décoté des smartphones (souvent -50% dès la première année).

Quarto, comparé aux autres assurances, le coût de l'assurance du téléphone mobile est exorbitant. En général, il représente 1/12ème du prix du téléphone neuf par an, contre 1/1000ème pour une assurance habitation. Et le problème, c'est aussi qu'il va croissant avec la perte de valeur du téléphone, sans que cela ne soit compensé par une baisse de la cotisation. "Notre étude souligne que pour 432 millions d'euros payés par les clients, les assureurs n'en reverseraient que 77 !" indique l'association.

"Ce très faible ratio s'explique par une politique de commissionnements des distributeurs et courtiers aussi inadmissibles qu'opaque : 35% en moyenne pour le premier, 20% pour le second".

Au final, l'UFC-Que Choisir invite les consommateurs à la plus grande vigilance et les pouvoirs publics à agir afin de protéger le consommateur. Comment ? En mettant en place un droit de rétractation, une obligation de communication claire pour le vendeur à la fois sur les exclusions du contrat et son commissionnement, et en instaurant la possibilité de résilier à tout moment l'assurance à partir d'un an d'ancienneté.

Bouygues Telecom a été le premier opérateur à réagir et à se défendre en expliquant notamment que l'enquête de l'UFC-Que Choisir se basait sur une offre qui n'est plus commercialisée aujourd'hui. Forcément. (Source ITR Mobiles)

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€