Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

Et si on allait de l'avant ?


Formations Cisco et Formations Microsoft Déprimant…
Il suffit d’ouvrir un journal, ou bien de se connecter sur le net pour que, à chaque jour que Dieu fasse, de nouvelles annonces de licenciements nous soient communiquées… Même Microsoft vient d’être touchée, avec 5000 suppressions d’emploi, un comble !

Et, en paraphrasant Coluche
 

« La crise ? Elle n’a que quelques mois… A cet âge, elle n’est pas responsable ! »

Que faire ?
Soit on serre les fesses en se disant « ça va passer… » (tout en sachant que personne n’est à l’abri), soit on tente de réagir en tirant bénéfice de la situation (1) ET en utilisant les outils mis à disposition par l’Etat (2) !

(1) : « Il s'agit d'un excellent moment pour se lancer dans la création d'entreprise pour bien des raisons. D'abord parce que la concurrence est beaucoup moins rude. Les gens osent moins se lancer et cela laisse plus de place pour ceux qui tentent l'aventure. Ensuite, parce que le secteur d'Internet sera très épargné par la crise et que le marché de la publicité en ligne va continuer à croître, même si c'est moins rapidement. » vient de déclarer Pierre Kosciusko-Morizet, PDG cofondateur de PriceMinister et créateur du fond d'amorcage ISAI.
Même constat pour Pascal Mercier, cofondateur d'Aelios Finance, une société spécialisée dans les levées de fonds. « L'histoire montre que les sociétés les plus performantes sont nées dans les moments difficiles.En période de crise, les créateurs prennent de bonnes habitudes de gestion, ont moins de concurrents et trouvent facilement du personnel de qualité. Deux ans plus tard, lorsque le projet atteint sa maturité, la crise est passée et la société se retrouve alors en position de force sur le marché. »

(2) On peut dire ce qu’on veut sur la politique mais, force est de constater que, alors que tous les indicateurs économiques sont dans le rouge, JAMAIS la création d'entreprise n'a autant été favorisée en France :
- Concernant les sommes dédiées à l'amorcage, c'est-à-dire de quelques milliers d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros, la loi TEPA introduite en 2008 est maintenue en 2009. Celle-ci permet aux personnes redevables de l'ISF de déduire de leurs impôts 75 % des montants investis dans une PME innovante, jusqu'à un plafond de 50 000 euros. - Et pour ceux qui n'ont aucune mise de départ, ils pourront toujours démarrer doucement grâce au statut d'auto-entrepreneur qui est entré en vigueur le 1er janvier dernier.

Comment devenir auto-entrepreneur ?

- Vous êtes blogueur, amateur ou professionnel, et grâce à quelques liens Google AddSense sur votre blog, vous tirez quelques revenus de votre production éditoriale ?
- Vous êtes salarié et développez pendant vos week-ends des sites Web pour des associations, pour les artisans de votre quartier, qui vous rémunèrent contre ce service ?
- Vous vendez sur eBay des produits artisanaux que vous fabriquez vous même pendant votre temps libre ?
- Vous avez déjà une activité structurée d'entrepreneur individuel mais le chiffre d'affaires est encore insuffisant pour que vous puissiez gagner correctement votre vie, compte tenu des niveaux de prélèvement obligatoire ?

- Vous ne savez pas comment déclarer les revenus de vos activités ?
- Vous aimeriez être dans la légalité tout en continuant à gagner suffisamment d'argent ?
- Vous aimeriez simplifier votre gestion ?

Dans toutes ces situations comme dans beaucoups d'autres, le régime de l'auto-entrepreneur entré en vigueur depuis le 1er janvier 2009, peut vous intéresser. Il vient combler un manque dans le paysage des statuts fiscaux d'entreprise français. Ce, notamment pour toutes les activités d'entrepreneur individuel, à temps plein ou à temps partiel, dont les chiffres d'affaires sont faibles et où, bien souvent, le régime choisi par la personne qui l'exerce est celui du « travail au noir ».
Formations Cisco et Formations Microsoft

Adieu la complexité administrative de la création d'entreprise,
Adieu le montant astronomique des charges sociales retenues sur l’activité réelle !.

 

Le statut de l'auto-entrepreneur a pour ambition de dépoussiérer la création d'entreprise en commençant par un principe simple : si l'entrepreneur individuel qui a opté pour ce statut n'encaisse rien, il n'aura rien à payer ni à déclarer à l'Etat. De quoi se lancer sans douleur dans la création d'une entreprise même si le marché adressé par celle-ci se révèle à l'usage inexistant !
Autre nouveauté importante : un système de versement libératoire, tant pour les charges sociales que pour l'impôt sur le revenu. Concrètement, l'auto-entrepreneur s'acquitte forfaitairement de ses charges sociales et de son impôt sur le revenu en appliquant un pourcentage bien défini sur ce qu'il encaisse.

A titre d'exemple, pour les activités de service informatique, l'auto-entrepreneur devra effectuer un versement unique de 20,5 % de son chiffre d'affaires pour s'acquitter de ses charges sociales et de son impôt sur le revenu.

Formations Cisco et Formations Microsoft

Un clic suffit : vous pouvez vous inscrire pour commencer votre activité d'entrepreneur sur les sites www.lautoentrepreneur.fr et Centre de formalités des entreprises (CFE)

Quelques détails pratiques :

Qui peut s’inscrire ?

Tous les Français, sans exception, qu'ils soient étudiants, chômeurs, salariés ou retraités peuvent devenir auto-entrepreneurs. Que ce soit à titre principal pour créer, par exemple, sa première activité où à titre complémentaire pour béneficier d'un complément de revenu.
Ce statut s'adresse seulement aux personnes physiques exerçant à titre individuel et pas aux sociétés (SARL, SA, etc.). Tous les artisans, commercants, et entrepreneurs individuels (freelance), qui exercent déjà une activité sous ce régime peuvent également opter pour ce statut sous reserve de ne pas dépasser les seuils de chiffre d'affaires. Pour les salariés quelques précautions s'imposent : notamment, il vous est interdit d'exercer l'activité professionnelle prévue par votre contrat de travail auprès des clients de votre employeur sans l'accord express de ce dernier...
Formations Cisco et Formations Microsoft

Pour opter pour le statut d'auto-entrepreneur, il faut remplir les mêmes conditions que pour le régime actuel de la micro-entreprise c'est à dire réaliser un chiffre d'affaires annuel inférieur à un certain seuil :
- 80 000 euros pour les activités commerciales de vente de marchandises, d'objets, de fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou les activités de prestations d'hébergement (chambre d'hôtes)
- 32 000 euros pour les autres et en particulier les activités de prestations de services Dans les deux cas, si l'auto-entrepreneur bénéficie de la franchise de TVA, l'entreprise ne facture pas de TVA à ses clients et elle ne peut pas récupérer la TVA que lui facturent ses fournisseurs.

Quelles sont les charges et l'imposition ?

L'auto-entrepreneur règle ses cotisations sociale grâce à un versement unique mensuel ou trimestriel, calculé sur la base de ce qu'il a perçu :
- 12 % de charges sociales pour les activités commerciales de vente de marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou les prestations d'hébergement.
-18,3 % pour les prestations de service délivrées par les professionnels qui relèvent de la Cipav (la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse).
C’est le cas de la plupart des prestations de service informatique ou de communication.
-21,3 % de charges sociales pour les activités de prestations de services autres
Ce forfait social comprend toutes les cotisations : assurance maladie-maternité, cotisation supplémentaire d'indemnités journalières, allocations familiales, assurance vieillesse du régime de base, contribution sociale généralisée (CSG), contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), retraite complémentaire obligatoire, régime d'invalidité et de décès.

Voilà, la balle est dans votre camp !
Que vous saisissiez cette opportunité ou pas, EGILIA se tiendra toujours à vos cotés, ne serait-ce que pour faire en sorte que vos compétences et savoir-faire soient validées par des

CERTIFICATIONS !


 

A Savoir

Formation Microsoft, Formation Cisco   Toutes les formations de EGILIA Learning sont certifiantes.
Profitez-en et consultez toutes nos formations !
 



 

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€