Le spécialiste européen de la formation certifiante en informatique et management pour les entreprises

NOËL, NOËL ! Attention quand même...

 

Et voilà, nous sommes en décembre ! Et qui dit décembre dit Noël, bien évidemment…

Et qui dit Noël, dit cadeaux, donc arnaques en tous genres…

Comme nous l’évoquions déjà le 18 novembre dernier dans le cadre la publication de nos news quotidiennes, les arnaques, principalement en ligne, commencent à fleurir !

Nous nous permettons donc de vous rappeler quelques conseils de prudence avant d'acheter :

- les mentions légales doivent être affichées sur le site (nom, adresse, téléphone de l'entreprise). Et mieux vaut éviter les sites installés hors d'Europe.
- les conditions générales de vente doivent être parfaitement claires. En cas de doute, n'hésitez pas à appeler le service clients.
- la lecture d'avis de consommateurs ayant déjà acheté sur le site peut fournir des informations.
- le paiement doit être sécurisé. S'il s'effectue sur le site et que l'URL change au moment de la transaction, mieux vaut l'interrompre. Et en tout cas, elle doit commencer par https.

Et si vraiment, vous êtes malgré tout victime d'un site ou d'un vendeur indélicat, n'hésitez jamais à contacter la DGCCRF : http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/contacts 

D’autant que, d’après l'Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, 32 millions de Français (78% des internautes et 90% pour les CSP+ et les 25-34 ans) achètent sur Internet, soit 1,4 million de plus que l'an passé !

Bertrand Krug, Directeur du Département des mesures d’efficacité online de Médiamétrie//NetRatings souligne que « le nombre de cyberacheteurs continue de progresser plus rapidement que le nombre d’internautes. De plus les achats online sont de plus en plus fréquents puisque plus de 44,1% des internautes ont réalisé des achats sur le web au cours du dernier mois contre 4,6% en 2011 ».
Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad, se félicite quant à lui « de voir que non seulement les Français sont de plus en plus nombreux à acheter en ligne mais qu’en outre, plus des deux tiers des internautes achètent en toute confiance. Le taux de confiance de l’achat en ligne ne cesse de progresser depuis 2010 passant de 62,2% à 66,5% cette année. »

L’institut Gartner tire d’ailleurs la sonnette d’alarme, avec un focus important sur l’élément connexe que constitue le risque potentiel pour la vie privée des consommateurs… :

La sécurité des boutiques en ligne et des applications mobiles e-commerce en question

Les consommateurs désireux d’éviter la cohue des grands magasins durant la période de Noël peuvent désormais commander tranquillement en ligne, ou même directement depuis un smartphone ou une tablette numérique. L’institut d’analyses Gartner estime que 70 % des téléphones mobiles ayant été vendus en 2012 à travers le monde étaient des smartphones – une tendance qui ne manquera pas de s’accroître l’année prochaine. En parallèle de la multiplication des iPhones et compagnie, les achats de terminaux mobiles progressent à vitesse grand V.

Les boutiques en ligne et les applications mobiles e-commerce offrent souvent la possibilité de se connecter via Facebook ou d’échanger des informations sur les produits avec ses amis sur les réseaux sociaux internationaux. secure.me, fournisseur leader de systèmes de protection de la vie privée, a analysé les principales boutiques en ligne et applications mobiles e-commerce en France.

En guise de résultat, l'éditeur publie la liste de dix boutiques que les consommateurs sont appelés à utiliser avec circonspection s’ils veulent protéger leur vie privée.
secure.me a constaté que lorsque les utilisateurs se connectent à Facebook, les boutiques concernées s’autorisent à publier des informations sur le profil de l’utilisateur. Elles peuvent ainsi, à l’insu du consommateur, rendre publiques certaines informations portant sur les produits qui l’intéressent ou les achats qu’il a effectués. Trois des boutiques mentionnées ci-dessous collectent un excès d’informations sur leurs utilisateurs.

« Certaines boutiques en ligne collectent de très nombreuses informations sur les utilisateurs pour être en mesure de leur soumettre par la suite des publicités et des offres de produits ciblées. Il peut certes y avoir des consommateurs à qui cela convient, mais la majorité des utilisateurs se demandent quel traitement est réservé à leurs données », explique Mario Grobholz, fondateur et PDG de secure.me.

« Certaines boutiques collectent tant d’informations sur les utilisateurs et leurs amis qu’elles pourraient reconstituer toute leur biographie. Les Internautes doivent donc être vigilants quant aux informations personnelles qu’ils fournissent. Facebook étant intégré dans de nombreuses boutiques en ligne et applications mobiles e-commerce, l’utilisateur est continuellement à un clic de publier ses données les plus personnelles ou de révéler à l’avance les cadeaux qu’il a prévu d’offrir à ses proches. Non seulement cette situation est très agaçante, mais elle constitue aussi une grave intrusion dans la vie privée des utilisateurs. »

secure.me publie la liste des dix boutiques en ligne et applications mobiles e-commerce présentant un risque pour la vie privée des utilisateurs. Les Internautes désireux d’utiliser les boutiques en ligne et applications mobiles e-commerce peuvent s’informer de l’accès de ces dernières à leurs données et de leurs activités sur Facebook sur le réseau de sécurité des applications de secure.me : https://apps.secure.me/

Ces dix boutiques en ligne et applications mobiles e-commerce présentent un risque potentiel pour la vie privée des utilisateurs :

1) Ebay – Application e-commerce de réseau social du site de vente aux enchères en ligne
Facebook : 24 droits d’accès aux données de l’utilisateur et de ses amis et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : description, activités, anniversaire, scolarité, groupes, ville natale, intérêts, mentions J’aime, lieu, situation amoureuse, opinions politiques et religieuses et parcours professionnel
Accès aux données des amis de l’utilisateur : descriptions, activités, anniversaires, scolarité, groupes, villes natales, intérêts, mentions J’aime, situations amoureuses, détails de situation amoureuse et parcours professionnels
Activités : L’application peut, sous le nom de l’utilisateur, publier des statuts, des photos, etc. sur la chronique de l’utilisateur.
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Aucune.

2) Amazon – Application e-commerce de réseau social de la boutique en ligne
Facebook : 9 droits d’accès aux données de l’utilisateur et de ses amis et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, description, anniversaire, mentions J’aime, photos, vidéos
Accès aux données des amis de l’utilisateur : anniversaires, mentions (J’aime)
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris statuts, photos etc.
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Très bon.

3) Pixmania.com – Application Facebook de la boutique de commerce électronique
Facebook : 8 droits d’accès aux données de l’utilisateur et de ses amis et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, a propos de vous, anniversaire, évènements
Accès aux données des amis de l’utilisateur : descriptions, anniversaires
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris statuts, photos etc.
Gérer vos évènements - Cadeau Commun par Pixmania.com peut créer des évènements en votre nom.
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Aucune.

4) Groupon – Application du site Internet du commerce électronique d’achat groupé
Facebook : 7 droits d’accès aux données de l’utilisateur et de ses amis et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, anniversaire, mentions J’aime, lieu, visites, statuts
Accès aux données des amis de l’utilisateur : --
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris friends you referred, merchants you had a great time at, etc.
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Bon.

5) Rue du Commerce – Application Facebook de la boutique des produits high tech
Facebook : 5 droits d’accès aux données de l’utilisateur et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, anniversaire, mentions (J’aime, lieu)
Accès aux données des amis de l’utilisateur : --
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris statuts, photos etc.
Comportement de l’application : Cette application envoie des requêtes d'application - Les utilisateurs signalent que cette application peut envoyer des requêtes à vos amis Facebook après la connexion de l'application.
Évaluations des utilisateurs : Aucune.

6) Fnac – Application Facebook de la chaîne de distribution pour produits de divertissement
Facebook : 5 droits d’accès aux données de l’utilisateur et de ses amis.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, anniversaire, intérêts, mentions (J’aime)
Accès aux données des amis de l’utilisateur : anniversaires
Activités : --
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Très bon.

7) Pose – Application e-commerce pour articles de mode
iOS, Android : 3 droits d’accès aux données de l’utilisateur et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, photos
Accès aux données des amis de l’utilisateur : --
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris des vidéos que vous avez regardées, etc.
Comportement de l’application : Si un utilisateur commente un article, l’enregistre ou le désigne comme « favori », ces informations sont publiées sur Facebook sans le consentement préalable de l’utilisateur.
Les achats de l’utilisateur sont publiés sur son profil Facebook.
Évaluations des utilisateurs : Bon.

8) Nextag Mobile – Application mobile e-commerce et de comparaison de prix
iOS, Android, Windows Phone : 3 droits d’accès aux données de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique, intérêts, mentions J’aime
Accès aux données des amis de l’utilisateur : --
Activités : --
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Aucune.

9) Fab.com – Application e-commerce pour les produits design
iOS : 2 droits d’accès aux données de l’utilisateur et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : adresse électronique
Accès aux données des amis de l’utilisateur : --
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris products you faved, inspirations you faved, etc.
Comportement de l’application : Si un utilisateur désigne un produit comme « favori », ces informations sont publiées sur Facebook sans le consentement préalable de l’utilisateur.
Évaluations des utilisateurs : Moyen.

10) H&M – Application e-commerce pour les articles de mode H&M
iOS : 2 droits d’accès aux données de l’utilisateur et droits de publication d’informations sur le profil de l’utilisateur.
Accès aux données de l’utilisateur : photos
Accès aux données des amis de l’utilisateur : --
Activités : Publier en votre nom - Cette application peut publier en votre nom, y compris statuts, photos etc.
Comportement de l’application : Rien à signaler.
Évaluations des utilisateurs : Aucune.

 


Parlons pépettes… : Cadeaux de Noël : budget en hausse ? Pas certain !

 

La 15ème édition de l’étude de Noël 2012 réalisée par Deloitte sur les intentions d’achat des consommateurs européens à l’occasion des fêtes de fin d’année nous réserve des surprises !

Le panier moyen des Français pour Noel s’élèverait à 639€ cette année, soit une hausse de +0,7% par rapport à 2011. Interpellé par ce chiffre, le site Radins.com (qui comptabilise 1,7 millions d’abonnés à sa newsletter) a décidé de mener sa propre enquête et les résultats ne sont pas du tout les mêmes.

Cette année, l’étude Deloitte couvre 18 pays de l’Europe de l’Ouest, de l’Est et l’Afrique du Sud. De larges échantillons représentatifs de consommateurs (environ 18 500) ont été interrogés au cours des 2nde et 3ème semaines de septembre 2012. En France 1 768 personnes ont été interrogées afin de mieux connaître leurs intentions de dépenses en cadeaux pour Noël, leurs achats alimentaires pour les repas de fêtes ou en sorties.

Des consommateurs français inquiets pour l’avenir mais un budget de Noël en légère hausse : La crise de la dette en Europe et son lot de mesures visant à restaurer les finances publiques, combinée à des prévisions de croissance revues à la baisse, ont sonné le glas pour les derniers consommateurs qui espéraient un avenir un peu meilleur à court terme.

C’est ainsi que 63% des Français estiment que leur pays est en récession, et ce sentiment affecte plus durement encore certains pays comme la Grèce, le Portugal, l’Italie, l’Irlande et l’Espagne. Toutefois, cette perception d’une économie en récession baisse fortement en 2012, tant en France (-12 points) que dans l’ensemble de l’Europe (-8 points, à 55%).

Concernant leur pouvoir d’achat, alors que depuis 2008 les Français avaient le sentiment qu’il progressait, ils sont cette année plus nombreux à considérer qu’il a baissé (39% en augmentation de 2 points). De plus, 60% des Français s’attendent encore à une récession de l’économie en 2013, et nombreux sont encore ceux qui craignent une baisse de leur pouvoir d’achat futur (41% contre 45% en 2011).

En 2012, les consommateurs français envisagent de consacrer, en moyenne, un budget de 639€ à leurs dépenses de fin d’année, soit un montant supérieur de 0,7 % par rapport à l’an dernier. Comme en 2011, les Français donneront la priorité aux cadeaux, dont le budget s’établit à 378€ (en augmentation de 1,2%), le budget consacré aux repas étant en légère augmentation de 0,6% à 197€.

L’inquiétude des Français est forte et pourrait les conduire à réduire leurs dépenses de Noël dans les prochaines semaines, notamment en cas d’évolution défavorable de la conjoncture économique (57%). A contrario, les consommateurs restent nombreux à être prêts à dépenser plus pour se faire plaisir et oublier la crise (58 %, en augmentation de 10 points).

Les comportements d’achat seront donc très raisonnés, illustrés par le fait que 78% des Français indiquent préparer un budget pour leurs dépenses de fin d’année contre 51% en 2008. La tendance de dépenses en France est cependant légèrement meilleure que celle des consommateurs européens qui envisagent de consacrer, en moyenne, un budget de 591 € à leurs dépenses de fin d’année, soit un montant inférieur de 0,8 % à 2011.

« Noël 2012 sera encore une occasion de se faire plaisir, mais sans folie, avant une année 2013 attendue avec inquiétude. Déjà ressentie l’an dernier, cette appréhension de l’avenir marque une rupture avec les études des années précédentes qui soulignaient un plus grand optimisme pour le futur. Ces différents sentiments poussent donc les consommateurs français à une attitude très réfléchie en matière de consommation » commente Stéphane Rimbeuf, Associé responsable Consumer Business chez Deloitte.

Des cadeaux utiles et éducatifs illustrés par le succès du livre : Les Français convergent avec les Européens dans leur choix de cadeaux tant souhaités qu’offerts. Régulièrement positionné au sein du top 10 des cadeaux les plus offerts, le livre progresse de manière très marquée cette année (de la 10ème à la 1ère place en France pour les adultes) en étant le cadeau le plus offert dans 14 des 18 pays européens étudiés. Un réel engouement se développe, car il sera également le 2ème cadeau le plus offert aux enfants de moins de 12 ans (6ème l’an passé) et le 3ème cadeau le plus offert aux adolescents (5ème en 2011).

La tendance au bien-être, avec le souhait d’un plaisir un peu plus personnel, reste marquée, rejointe cette année par le besoin de s’évader comme en témoigne la progression des souhaits de voyages.

Confirmant cette recherche de cadeaux utiles, 59% des consommateurs français privilégieront le critère éducatif des jouets offerts. Favoriser l'apprentissage des enfants est considéré par bon nombre de parents comme un moyen de les protéger des incertitudes de l’existence.

Les chèques cadeaux restent toujours le 3ème cadeau le plus souhaité mais paradoxalement marquent le pas en reculant de la 6ème à la 10ème place des cadeaux les plus offerts. Ils sont confrontés au développement des coffrets cadeaux qui résistent, mais aussi à un choix de magasins pour les dépenser jugé encore limité et à la crainte d’oublier de les utiliser.

Les produits innovants, comme les tablettes et les smartphones, n’apparaissent toujours pas dans le Top 10 des cadeaux offerts, probablement du fait d’un prix encore élevé bien qu’en baisse. Les tablettes sont ainsi souhaitées par 19% des consommateurs (14% l’an dernier), et par 27% des 18-24 ans. Par contre, l’intention d’offrir une tablette est cette année en net recul à 4% (9% en 2011). Elles restent donc un cadeau cinq fois plus souhaité qu’offert et que l’on s’offrira à soi-même en utilisant l’argent ou les chèques cadeaux reçus.

« En 2012, l’intention d’achat est divisée par plus de 2 pour les tablettes et 3 pour les smartphones, résume Deloitte. Les cadeaux high-tech sont trois fois plus souhaités qu’offerts, probablement du fait de leur prix ; en revanche, il s’agit de produits que les consommateurs auront plus volontiers tendance à vouloir s’offrir pour eux-mêmes ».

Des comportements d’achats marqués par une très forte sensibilité au prix : Le contexte économique difficile de ces dernières années a conduit les consommateurs européens à transformer leurs comportements d’achats et à procéder à des arbitrages dans leur budget de dépenses. Si ces comportements et ces arbitrages seront maintenus, on notera une plus forte sensibilité au prix que l’an passé.

Les critères d’achats prioritaires pour Noël 2012 se fondent donc sur la recherche de produits utiles et au meilleur prix. Le critère d’utilité reste plébiscité par 91 % des consommateurs français, en hausse sensible par rapport à 2011 (80%). L’attention portée au prix continue d'être une priorité pour 90 % des Français et ne se dément pas (85% en 2011). Ainsi 90% des Français achèteront en promotion alors qu’ils n’étaient que 72% l’an dernier

L’omni-canal renforce son attractivité auprès des consommateurs français : Dès 2011, Deloitte avait noté l’émergence de la combinaison par les consommateurs de l’utilisation des deux canaux de vente que sont les magasins et Internet à chacune des étapes de leur processus d’achat. Cette tendance se renforce encore en 2012, au détriment de l’utilisation d’Internet uniquement.

Ainsi, plus de 35% des consommateurs français utilisent déjà conjointement les magasins et Internet pour rechercher et comparer les produits. Si pour l’étape de la recherche, le magasin reste en tête, l’écart entre l’omni-canal et le magasin se resserre : il est passé de 9 points en 2011 à 6 points en 2012. La seule recherche sur Internet perd 4 points à 24% cette année. Et le multi-canal se place, comme en 2011, en première position pour la comparaison de produits, devançant plus largement le magasin que l’an dernier.

Dans leur grande majorité, les Français réaliseront leurs achats de cadeaux dans les magasins (67%). Hors Internet, les formats dominants, qui progressent cette année, sont les hypermarchés (42% contre 31% en 2011) et les chaînes spécialisées (35% contre 27% l’an dernier).

« L’adhésion des consommateurs à l’omni-canal est d’autant plus profonde qu’elle leur offre la possibilité de mieux satisfaire leurs attentes en tirant parti des avantages respectifs des magasins et d’Internet : ils trouvent sur Internet des informations auxquelles ils n’ont pas accès en magasin comme l’avis des consommateurs, la comparaison des prix et la possibilité de consommer à n’importe quelle heure ; inversement, ils recherchent les magasins pour la facilité de retour et d’échange des produits, le service après-vente, la sécurité des paiements et le plaisir d’y faire des achats » souligne Stéphane Rimbeuf, Associé responsable Consumer Business chez Deloitte.

639 € : une somme loin de la réalité pour Radins.com :

La somme de 639€ est disproportionnée pour Valérie Dewerte, rédactrice en chef du site Radins.com « L’étude date de septembre dernier, de nombreux changements sont intervenus depuis ! Même si Noël reste le moment de faire plaisir, durant lequel on a envie d’oublier la crise, on ne peut pas s’affranchir du contexte économique actuel. Ce n’est donc pas cohérent de dépenser 30% voire 50% de ses revenus rien qu’en cadeaux. »

Actuellement, le Smic atteint les 1 098 euros net (chiffres au 1er janvier 2012 pour 35 heures hebdo) et concerne 2,3 millions de Français, note Radins.com . Dans ce cas de figure, difficile d’imaginer un employé dépenser 58% de son salaire dans le budget de Noël ! La somme divulguée par Deloitte ne semble pas correspondre à la réalité d’une grande part des Français (touchant le Smic ou plus) qui ne se sentent pas concernés, poursuit Valérie Dewerte.

Dans un sondage lancé sur leur site, Radins.com, a demandé aux internautes « Combien comptez-vous dépenser pour Noël ? ». Plus de 4 000 personnes ont répondu et leur retour semble sans appel : pour 64% d’entre eux, le budget Noël sera compris entre 150 et 300€.

« Notre communauté l’a exprimé dans ce sondage : en moyenne, c’est une dépense de 150€ pour la totalité de la famille et non pas par personne qui est prévue. Arrêtons les clichés : ce n’est pas parce qu’on dépense plus, qu’on gâte plus. Il y a ceux qui "claquent" à tout-va, et ceux, plus raisonnés, qui font plaisir sans avoir à supporter les dépenses de Noël tout le reste de l’année », conclut Valérie Dewerte.


D’où la volonté, surtout en période économique « délicate », de comparer…

Les consommateurs souhaitent optimiser leurs achats sur internet à travers plusieurs canaux

Une stratégie d’engagement impliquant véritablement les 3 canaux, en ligne, social et mobile est cruciale pour les achats de Noël. Tel est le premier constat que l'on peut tirer de l'enquête sur le commerce électronique pendant la période des fêtes de fin d’année menée par LivePerson. L’étude montre que 63% des personnes interrogées envisagent d’effectuer la majorité de leurs achats sur Internet pendant la période des fêtes, et révèle aussi qu'il y a une forte préférence parmi les acheteurs d’utiliser le tchat plutôt que toute autre forme de contact.

« Afin d’offrir une pratique d’achat sur internet la plus convaincante possible, il est essentiel que les entreprises comprennent comment les consommateurs interagissent avec les marques au moment de la période des fêtes », déclare Marc Saint-Cirgue, Directeur des Ventes de LivePerson en France.

« En se connectant de manière intelligente avec les visiteurs en ligne, au bon moment et via leur canal préféré, les entreprises peuvent anticiper les attentes des consommateurs pendant la période des fêtes, permettant ainsi d’augmenter le taux de conversion et de mieux fidéliser leur clientèle

L'enquête LivePerson, menée auprès de 500 consommateurs américains, a porté sur leurs habitudes d’achat pendant les fêtes de fin d’année, notamment leurs attitudes et leurs préférences concernant les outils en ligne et des canaux tels que le tchat en direct, les réseaux sociaux et les appareils mobiles. Toutes les personnes interrogées étaient âgées de plus de 18 ans et ont effectué des achats en ligne au moins à deux reprises au cours des trois derniers mois.

Les principales conclusions de l'enquête :

- Le tchat en direct domine tous les autres canaux de communication. Les sondés expriment qu'ils préfèrent nettement le tchat en direct, le considérant comme le meilleur canal de service client. 45% des personnes interrogées indiquent en effet que c’est leur canal de support préféré, l’email et les numéros verts arrivant en seconde place avec 27%. En outre, 94% des personnes qui ont déjà utilisé le tchat en direct mentionnent qu'elles sont disposées à réutiliser ce canal pour obtenir de l'aide en ligne lors de leurs achats pendant la période des fêtes.

- Les consommateurs utilisent de manière significative les réseaux sociaux pour rester connectés avec les marques. Environ 40% des personnes utilisant les réseaux sociaux pendant les fêtes de fin d’année déclarent qu'elles ont l’intention de communiquer avec les marques via Twitter et Facebook, que ce soit pour poser une question ou bien poster un commentaire sur la Fan page de l’entreprise.

- Les consommateurs souhaitent utiliser le tchat en direct via des appareils mobiles. Une personne interrogée sur deux déclare qu'il est important pour une entreprise d'avoir une application mobile ou un site optimisé pour le mobile. En outre, un nombre important de sondés (40%) affirment qu'ils utiliseraient probablement le tchat depuis leur appareil mobile pour obtenir de l'aide, si ce service était disponible.

- Les tablettes tactiles ont un enjeu commercial indéniable. Une majorité de sondés (65%) ont l’intention d’utiliser la tablette comme l'un des deux appareils privilégiés pour leurs achats de Noël, l'autre étant le PC fixe ou portable.

 

Et si on parlait des TOPS ?

Les 10 produits High Tech qui seront les stars de Noël 2012

A quelques jours de Noël, GfK fait le point sur les meilleures ventes au cours de cette période stratégique. Voici le top 10 des meilleures ventes de produits high-tech en France selon l’institut d’études marketing.

Le Smartphone tire son épingle du jeu et se place en numéro 1 tant en volume qu’en valeur ce Noël 2012. Il se vendra autant de tablettes que de téléviseurs en cette fin d‘année. Les dix produits high-tech stars se portent bien et totaliseront 9,5 millions d’unités commercialisées sur décembre 2012, soit 500 000 produits de plus que le top 2011.

Même dans un contexte économique tendu, les produits technologiques feront bien partie des cadeaux les plus plébiscités pour les fêtes de fin d’année. Le Smartphone affirme son leadership sur l’année 2012 s’emparant pour la première fois la place de numéro 1, tant en volume que par le chiffre d’affaires qu’il génère, détrônant ainsi la Télévision qui accaparait cette position depuis plusieurs années.

Toujours autant d’engouement pour les produits technologiques : Selon les panels distributeurs de GfK Consumer Choices, le Smartphone sera définitivement le produit star de ce Noël 2012 avec quelque 2,2 millions d’unités vendues sur ce seul mois de décembre pour un chiffre d’affaires attendu à 420 millions d’euros -prix comprenant la subvention de l’opérateur-. Il monte cette année sur la première marche des deux podiums des meilleures ventes en volume et en valeur. Cette tendance va s’inscrire durablement.

Malgré tout, la tablette pourrait lui voler la vedette dans certains foyers. Preuve du succès fulgurant de ce produit. « Il se vendra sur ce mois de décembre autant de tablettes que de télévisions, soit 1 million d’unités. En décembre 2011, il se vendait une tablette pour trois téléviseurs. Leur chiffre d’affaires sera équivalent à celui des micro-ordinateurs portables, soit 330 millions d’euros TTC », constate François Klipfel, directeur général adjoint chez GfK Consumer Choices.

Si on écarte le phénomène tablette de ce top des meilleures ventes en volume, l’institut d’études retrouve globalement les mêmes produits que les années passées avec des valeurs sûres comme la photo, les consoles de jeux, les baladeurs…

En dépit du contexte économique morose, ces 10 produits totaliseront 9,5 millions d’unités commercialisées sur décembre 2012, soit 500 000 produits de plus que le top 2011. Preuve que dans son ensemble, les produits stars se portent bien. Seuls les disques durs externes sortent de ce classement cette année. Cela reflète certainement l’essor de nouveaux modes de consommation comme le streaming, la VOD ou le délinéarisé d’une part, mais peut être aussi les nouvelles possibilités qu’offre le Cloud en termes de stockage.

Voici donc, en volume puis en valeur, le « TOP 10 » de ce Noël :

Les 10 produits High Tech stars de Noël 2012 en volume /AN

1/ Smartphones
2/ Téléphones mobiles classiques
3 ex-æquo/ TV LCD et Plasma et Tablettes
5/ Casques audio
6/ Appareils photo numériques compacts
7/ Consoles de salon
8/ Baladeurs multimédia
9/ Consoles portables
10/ Micro-ordinateurs (hors netbooks)

Les 10 catégories High Tech stars de Noël 2012 en chiffre d’affaires

1/ Smartphones
2/ TV LCD et Plasma
3 ex-æquo/ Micro-ordinateurs (hors netbooks) et Tablettes
5/ Consoles de salon
6/ Consoles portables
7/ Appareils photo numériques compacts
8/ Casques audio
9/ Appareils photo numériques Reflex
10/ Baladeurs multimédia

Côté valeur, le « 4 écrans » s’installe – les casques confirment leur montée en gamme: Avec l’essor du Smartphone et l’arrivée de la Tablette, la tendance « 4 écrans dans le foyer » était prometteuse. « Le classement 2012 est sans équivoque et nos quatre écrans s’octroient cette année les 4 premières places, réalisant les deux tiers du chiffre d’affaires de cette dizaine de produits stars valorisé à un peu plus de 2 milliards d’euros » souligne Michael Mathieu, Directeur de clientèle chez GfK Consumer Choices.

Le casque audio confirme de son côté sa montée en gamme entamée depuis quelques années et intègre enfin ce classement. Il reflète d’une manière plus générale le succès des accessoires liés aux produits technologiques. Tablettes et Smartphones devraient asseoir encore un peu plus cette tendance sur ce Noël 2012 favorisant l’achat simultané de housses de protection par exemple. De bonne augure pour des marchés où il est parfois difficile de préserver la valeur.

Bon ben voilà…. Comme dirait l’autre, un consommateur averti en vaut deux !

L’ensemble de l’équipe EGILIA se joint à moi pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année, en toute connaissance de cause !

EGILIA a obtenu
4.9 / 5 sur
11 avis avec Avis-vérifiés.com

EGILIA https://www.egilia.com/images/egilia-v3/home/logo-egilia.png 22 rue du General Foy, 75008 PARIS +33 800 800 900 De 295€ à 15455€